Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les députés britanniques ont repoussé lundi soir l'idée d'organiser un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE. Le vote a cependant manifesté une rébellion massive des conservateurs eurosceptiques contre le Premier ministre David Cameron.

Au total, 483 députés ont voté contre l'organisation d'un tel référendum. Mais parmi les 111 favorables à une telle consultation figurent près de 80 députés conservateurs (soit 1 sur 4), qui avaient annoncé leur détermination à ignorer les consignes de vote du chef du gouvernement.

Le vote était purement consultatif, et la motion n'avait aucune chance d'être adoptée. D'autant que l'opposition travailliste et les libéraux-démocrates, alliés des conservateurs au sein de la coalition au pouvoir, et europhiles, y étaient hostiles.

Mais l'ampleur de la révolte parlementaire, sans précédent, constitue une défaite politique majeure pour M. Cameron, arrivé au pouvoir il y a 17 mois. L'euroscepticisme qui sème la division depuis 40 ans chez les conservateurs promet d'handicaper à son tour M. Cameron. Il a déjà été le cauchemar de plusieurs de ses prédécesseurs, dont John Major dans les années 90.

ATS