Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La position de la Suisse est "débile" dans le cadre du conflit fiscal avec l'Allemagne, a déclaré le député vert au Parlement européen Daniel Cohn-Bendit dans une interview parue dans la "SonntagsZeitung". Selon lui, la Suisse devrait réfléchir si continuer d'héberger la soustraction fiscale peut rester un but.

Le fait que l'accord avec l'Allemagne ne prévoie pas de communiquer le nom des fraudeurs dérange particulièrement le politicien franco-allemand. Pour lui, il est naïf de la part de la Suisse de vouloir protéger la sphère privée grâce au secret bancaire, car ainsi les droits de l'individu sont associés à des crimes.

Il déclare cependant ne pas être contre le secret bancaire, mais souhaite l'instauration d'une règle simple: "Quand un citoyen veut déposer de l'argent cela devrait être signalé automatiquement à l'administration fiscale concernée à partir d'un certain montant, par exemple 20'000 euros", estime-t-il.

Entrer dans l'UE

Le politicien écologiste juge que l'Union européenne (UE) devrait par ailleurs employer la même stratégie que les Etats-Unis face à la Suisse. Le "Foreign Account Tax Compliance Act" (FATCA) oblige banques et compagnies d'assurance à signer avec le fisc américain un accord dans lequel elles s'engagent à lui communiquer tous les comptes détenus par des ressortissants américains.

Mais pour l'eurodéputé, le mieux serait encore que la Suisse intègre l'UE. "La Suisse ne se porte bien que parce que l'UE l'entoure, parce que l'UE instaure des structures économiques dont des entreprises comme Nestlé profitent".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS