Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présence des civilistes à l'alpage est un succès. Les exploitants sont heureux de bénéficier du soutien de ces appelés et l'expérience personnelle pour ces derniers est précieuse, pointe mercredi l’organe d’exécution du service civil.

"On vit tout simplement à un autre rythme, là-haut...", note Thierry Weidmann, un civiliste du Weinland zurichois, cité dans le communiqué. Comme lui, ils sont nombreux à se lancer dans l'aventure. L’été dernier, l’organe d’exécution a enregistré 199 affectations et 12'346 jours de service accomplis à l’alpage.

Les retours des exploitants étaient tous positifs et la demande importante, souligne la cheffe du projet, Anita Langenegger. Ceux-ci sont heureux d'être soulagés par les appelés.

Concrètement, le cahier des charges des civilistes est varié: entretenir les pâturages, éliminer les plantes posant problème, ériger des clôtures, faire les foins, entretenir la forêt ou améliorer les chemins. Il faut de la persévérance et de la flexibilité, constate l'appelé zurichois.

Pour l’organe d’exécution du service civil, les jeunes gens "contribuent ainsi de manière considérable à la sauvegarde du paysage cultivé et à la promotion de la biodiversité dans les alpages".

Actuellement, trois ans après la première affectation-pilote, 450 exploitations de pâturages communautaires ou d’estivage réparties sur l’ensemble du territoire participent au programme des civilistes. La création du domaine d’affectation "économie alpestre" est donc un succès et il sera intégré dès l’année prochaine au domaine d’activité "agriculture", détaille le texte.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS