Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré son "erreur", la présidente de l'UDC Vaud, Fabienne Despot, ne démissionne pas et ne se retire pas des listes aux élections fédérales. Elle regrette d'avoir enregistré à leur insu des dirigeants du parti et parle de "maladresse" et de "naïveté".

Devant la presse, le secrétaire général de l'UDC Vaud Kevin Grangier et la présidente Fabienne Despot ont expliqué lundi la double affaire qui secoue publiquement le parti depuis samedi. Ils ont confirmé pour l'essentiel ce que la presse a révélé: un enregistrement clandestin suivi d'une tentative de chantage contre l'UDC de la part d'un membre du PBD, Jean-Luc Laurent.

"J'ai commis l'erreur d'enregistrer une séance informelle", a déclaré Fabienne Despot. Cela afin de "garder une trace de mes propos et pour qu'ils ne puissent pas être déformés".

"C'est une démarche d'auto-défense" et il n'y avait aucune volonté de nuire à quiconque, a poursuivi la présidente de l'UDC Vaud. Elle a jugé que les membres de l'UDC lui maintiendraient leur confiance une fois qu'ils sauront la vérité. Une démission de son poste et un retrait des listes ne sont pas envisagés, mais "ne peuvent pas être exclus", a-t-elle déclaré.

ATS