Navigation

La présidente sud-coréenne dénonce le capitaine et l'équipage

Ce contenu a été publié le 21 avril 2014 - 22:07
(Keystone-ATS)

La présidente de Corée du Sud, Park Geun-Hye, a vivement critiqué le comportement du capitaine et de l'équipage du ferry qui a sombré la semaine dernière avec des centaines de personnes à bord. Elle a estimé que leurs actes étaient "équivalents à un meurtre".

Ils sont "totalement incompréhensibles, inacceptables", a affirmé la chef d'Etat lors d'une réunion avec de hauts responsables politiques, selon la présidence. "Non seulement moi, mais tous les Sud-Coréens, avons le coeur brisé, sous le choc, et rempli de colère", a déclaré la présidente.

Quelques jours plus tôt, elle avait fait face aux proches aux proches de disparus dévorés de douleur et indignation.

Les familles des tués (87 selon le dernier bilan) et disparus (215) critiquent vertement la réaction du gouvernement et des autorités depuis le naufrage. Elles estiment notamment que les secours ont été trop lents à entrer dans le ferry, entièrement submergé.

Il est de plus en plus évident que le capitaine, Lee Joon-Seok, 59 ans et des années d'expérience, a retardé bien trop longtemps l'évacuation du ferry, et qu'il a ensuite "abandonné" les passagers en quittant le bateau. Des centaines d'entre eux étaient encore à bord, piégés, a ajouté la présidente.

"Ça dépasse complètement l'imagination, d'un point de vue légal et moral", a déclaré Mme Park. L'enquête se penchera sur toutes les parties impliquées, des inspecteurs chargés de la sécurité à l'équipage, en passant par les propriétaires du ferry, a-t-elle précisé.

Selon les témoignages des rescapés, après que le ferry s'est immobilisé suite à un choc, les passagers ont reçu la consigne de ne pas bouger, pendant plus de 40 minutes. Lorsque le ferry a commencé à piquer du nez ensuite, il était trop tard pour sortir du bateau, les passagers ne parvenant pas à remonter le long de couloirs glissants, en oblique, alors que l'eau s'engouffrait.

Le capitaine et deux membres d'équipage, dont un officier subalterne peu expérimenté, qui se trouvait à la barre lors de l'accident, ont été arrêtés par la police samedi. Quatre autres membre de l'équipage ont été arrêtés lundi.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.