Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse a refusé de délivrer un visa à l'épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe et à cinq hauts responsables qui prévoyaient de participer au salon Telecom à Genève, a annoncé mercredi Harare. Le chef de l'Etat a annulé son voyage en signe de protestation.

"En refusant son visa à la première dame, la Suisse tente de diviser ce que Dieu a uni", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la présidence. Les refus de visa concernent également les ministres des Affaires étrangères et des Communications, le directeur général de la présidence, le garde du corps de M. Mugabe et son porte-parole, mais pas le président zimbabwéen lui-même.

Selon les médias gouvernementaux zimbabwéens, Harare s'est plaint auprès de l'ONU et de Berne, y voyant une violation du libre accès aux institutions onusiennes et du droit pour le Zimbabwe de choisir la composition de sa délégation à ce salon, organisé par l'Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l'ONU.

Obligations respectées

Interrogée par Reuters, l'ambassade de Suisse à Harare a confirmé que certaines demandes de visas avaient été refusées sans fournir plus de précisions. A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n'a pas non plus voulu s'exprimer sur ces cas concrets, pour des raisons de protection de la personnalité.

Un porte-parole du DFAE a toutefois précisé à l'ats que la Suisse doit concilier les impératifs découlant des sanctions prises à l'égard de certaines personnes et ses obligations de droit international, notamment celles liées à son statut d'Etat hôte de l'UIT. Les questions qui pourraient se poser sont, si nécessaire, discutées avec l'organisation concernée.

En outre, un Etat est en principe en droit de se faire représenter aux conférences internationales par le chef de l'Etat. "Tous les Etats invités à ladite conférence ont, en l'espèce, pu s'y faire représenter par une délégation", a ajouté ce porte-parole.

ATS