Toute l'actu en bref

Theresa May et Jeremy Corbyn ont participé lundi soir à un duel télévisé en vue des élections législatives de juin.

KEYSTONE/AP Pool PA/STEFAN ROUSSEAU

(sda-ats)

La première ministre britannique Theresa May a répété lundi qu'elle était prête à quitter la table des négociations sur le Brexit sans avoir obtenu d'accord avec l'UE. Elle a appelé les électeurs à soutenir son gouvernement contre "l'agressivité" des Européens.

"Nous serons là pour négocier l'accord qui convient, mais comme je l'ai dit, aucun accord vaut mieux qu'un mauvais accord. Nous devons être prêts à nous désengager", a-t-elle déclaré lundi sur la chaîne de télévision Sky News.

Dans un discours qu'elle doit prononcer mardi et dont des extraits ont été rendus publics lundi, la dirigeante lance un appel à ses concitoyens pour soutenir son action.

"Ils (les Européens) adoptent une position agressive dans la négociation qui ne peut être compensée que par un gouvernement fort de la Grande-Bretagne", explique-t-elle. "Si nous ne réussissons pas les cinq prochaines années, notre prospérité économique va souffrir, l'emploi et le niveau de vie seront menacés, et avec eux la sécurité et la tranquillité d'esprit des familles laborieuses", estime-t-elle.

Retour des travaillistes

Ces déclarations de Theresa May interviennent à dix jours des élections législatives anticipées que la chef du gouvernement britannique a convoqué avec l'espoir d'obtenir une majorité renforcée à la chambre des communes.

Les enquêtes d'opinion montrent un resserrement de l'écart entre le parti conservateur de Theresa May, toujours en tête, et le parti travailliste de Jeremy Corbyn.

Evoquant le Brexit qui est l'enjeu principal de cette élection, M. Corbyn a indiqué lundi soir qu'en cas de victoire de son parti, il ferait en sorte qu'un accord soit trouvé pour une séparation d'avec l'Union européenne.

Interrogé sur la perspective d'une absence d'entente entre Britanniques et Européens, M. Corbyn a répondu: "Il y aura un accord. Nous nous assurerons qu'il y ait un accord".

ATS

 Toute l'actu en bref