Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La presse romande n'est pas tendre avec Hans-Rudolf Merz. Même s'il laisse des finances saines, le conseiller fédéral, qui a annoncé vendredi sa démission, garde l'image d'un ministre sans envergure. Son départ devrait surtout faire le jeu du parti libéral-radical (PLR).
De nombreux quotidiens évoquent les qualités de "bon gestionnaire" de cet "éternel consultant". Reste, qu'"élu dans le sillage de Christoph Blocher en 2003 (...), on peut aujourd'hui dire que Merz était bel et bien une 'erreur de casting'", comme l'écrivent "L'Express" et "L'Impartial".
M. Merz laisse "des finances plutôt saines et des comptes 2010 qui devraient une nouvelle fois être dans le noir! Mais ce n'est pas cela qu'on retiendra de l'Appenzellois", notent-ils. C'est plutôt "sa calamiteuse gestion du sauvetage de l'UBS" et "son catatrophique et inutile voyage à Tripoli" en 2009. "C'est là qu'il a vraiment 'perdu la face'".
Affaire UBS, assouplissement du secret bancaire, attaques des Etats voisins, affaire Kadhafi: "sept ans d'orthodoxie financières et d'esthétisme comptable ne contrebalanceront pas ces quelques mois où, sous la pression internationale, la Suisse a changé d'époque", souligne pour sa part "La Liberté".
"Ce n'est pas pour de supposées qualités d'homme d'Etat qu'il avait été élu en 2003", nuance pour sa part "Le Temps". "Adepte obstiné de l'orthodoxie budgétaire", M. Merz a été choisi par une droite soucieuse que les deniers publics soient bien gardés. "Sur ce plan, ceux qui l'ont soutenu ont été servis", écrit le quotidien romand.
"On peut toujours gloser sur son bilan. Reste que le ministre des finances démissionne un peu comme il a gouverné: en bon gestionnaire un peu obtus, tendance autiste", écrit pour sa part "24 Heures". Et de critiquer l'annonce faite par M. Merz le jour où Doris Leuthard lance la campagne pour la votation sur l'assurance chômage. Et surtout la tendance des politiciens de tout bord à vouloir "réussir leur sortie" plutôt que laisser un bon bilan.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS