Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le "oui" à l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers prouve une chose, aux yeux de la presse romande: les partis de centre-droit et de gauche sont impuissants face à l'UDC. Les éditorialistes appellent à un réveil rapide en vue des fédérales de 2011.
"L'UDC avance parce qu'elle ne se heurte à aucune résistance", constate la "Tribune de Genève". "Elle est la première a détecter un malaise dans la population et la première à offrir une [solution]," poursuit le quotidien genevois. En face, on n'agit "qu'en mode réactif" et sans stratégie.
L'absence de stratégie est également montré du doigt dans le "Quotidien Jurassien". Les partis de gauche et du centre ont été incapables de se mettre d'accord pour soutenir le contre-projet, rappelle le journal qui espère que le "coup de semonce" de dimanche réveillera la classe politique helvétique.
"La Liberté" reproche à la gauche et à la droite modérée leur "coupable déni de la réalité face aux agissements criminels d'une minorité d'étrangers". Pour le quotidien fribourgeois, "laisser ce terrain en jachère, malgré la colère croissante de la population, c'était offrir de l'espace aux plantes vénéneuses".
"Le Nouvelliste" constate lui aussi que l'UDC est le seul parti a avoir "intégré les réalités du siècle", soit une bourgeoisie et une classe moyenne qui entendent protéger leurs privilèges. Si les autres partis ne réagissent pas, "c'est un boulevard qui s'ouvre pour l'UDC dans la perspective des élections fédérales de 2011", prédit le journal valaisan.
Financement inégalSi les peurs de la population sont certes "légitimes" envers les phénomènes migratoires, elles sont exploitées par l'UDC, dénonce "Le Temps". Il devient impossible pour les autres partis de contrer "le populisme [qui] assomme la raison".
Cette impuissance découle également du problème du financement des partis, souligne "Le Matin". Il faut que "le Parlement se décide à fixer des règles du jeu". Faute de donner des idées aux partis, au moins les moyens à disposition seraient mieux répartis, écrit le quotidien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS