Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La presse romande souligne jeudi le caractère historique que constitue un Conseil fédéral avec une majorité de femmes, même si cela pourrait être de courte durée. Dans cette perspective, plusieurs journaux regrettent l'échec de Karin Keller-Sutter.
"Regardez bien ce gouvernement où siègent quatre femmes! Pas certain que cette composition historique résistera à la tempête annoncée", écrit "La Tribune de Genève" suite à l'élection de Simonetta Sommaruga et de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral.
SanglanteSelon ce journal, "la paix et la concordance" que promet le nouveau gouvernement pourrait être de courte durée car "à la fin de 2011, les élections fédérales promettent une bataille infiniment plus sanglante". "Tous les moyens seront bons pour prendre le pouvoir".
Pour "L'Express" et "L'Impartial", "il faut se rendre à l'évidence: cette majorité féminine au Conseil fédéral est des plus fragiles". "Le siège d'Eveline Widmer-Schlumpf est pour le moins branlant", relèvent ces journaux et "Micheline Calmy-Rey devrait bientôt quitter ses fonctions". "Il n'est donc pas exclu que d'ici fin 2012, on se retrouve avec seulement deux femmes au gouvernement".
Pourvu que ça dure"Pourvu que ça dure", écrit "Le Matin", qui en doute, les femmes ayant "encore et toujours de la peine à s'imposer". "Le cas de Karin Keller-Sutter est patent". Malgré "un parcours sans faute", elle n'a eu aucune chance "face à la figure rassurante du bientôt sexagénaire Johann Schneider-Ammann".
"C'est un jour à marquer d'une pierre blanche pour les femmes de ce pays, qui rattrapent le temps perdu. Dommage, le pas n'est qu'à moitié franchi", écrit "24 heures". Le quotidien estime qu'en n'élisant pas Karin Keller-Sutter, le pays "laisse sur la touche une politicienne moderne et réformatrice, mariant action et vision".
Brillante"Le Quotidien jurassien" affirme que "le Parlement fédéral aurait pu doubler la joie féministe". Mais, "à une cinquième femme au Conseil fédéral, fût-elle brillante et séduisante comme Karin Keller-Sutter, les parlementaires ont préféré deux Bernois".
"Cette première majorité de femmes au Conseil fédéral n'en reste pas moins historique, fût-elle condamné à disparaître dans un bonne année", écrit "La Liberté". Le journal estime pour sa part que "les deux Bernois élus hier paraissent de nature à raffermir la crédibilité de Conseil fédéral et à huiler ses rouages".
Pour "Le Temps", "quatre femmes (...) au gouvernement dans un pays si récalcitrant historiquement à l'égalité des sexes est un message fort: la compétence prime, sans discrimination". Il souligne que le Parlement a choisi deux "personnalités qui rassurent".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS