Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux Britanniques de 21 ans et 22 ans ont été condamnés vendredi à la prison à vie pour avoir préparé un attentat contre des policiers et des soldats à Londres en 2014. Un commissariat et une caserne militaire étaient visés par ces actes terroristes.

Tarik Hassane, un étudiant en médecine au Soudan qui avait plaidé coupable en février, et Suhaib Majeed, un étudiant en physique présenté comme son bras droit, ont écopé respectivement d'une peine de sûreté de 21 et 20 ans, a précisé le juge londonnien Alan Wilkie qui a prononcé les peines.

"Il est choquant, tragique et déplorable que vous, deux jeunes Britanniques, éduqués dans le système scolaire du Royaume-Uni, suivant des cours à l'université, puissiez être si influencés par la version sanguinaire de l'Islam portée par Isis ( le groupe Etat islamique) que vous ayez décidé de prendre les armes contre vos concitoyens et ceux dont la mission est de les protéger dans les rues de votre propre ville", a déploré le juge.

Pas l'intention de mourir en martyrs

Au terme de son procès, Suhaib Majeeb avait été reconnu coupable de complot en vue de commettre un meurtre et de préparation d'actes terroristes.

Les deux Londoniens étaient accusés d'avoir projeté une attaque contre un commissariat et une caserne militaire dans l'ouest de Londres.

"Leur intention était de se procurer un scooter qu'ils voulaient utiliser pour ensuite tirer sur la police, des soldats ou des passants", avait souligné Dean Haydon, chef de la cellule antiterroriste de Scotland Yard, lors du procès.

"Ils n'avaient pas l'intention de mourir en martyrs ce qui me fait dire qu'ils cherchaient d'abord à semer la panique et à tuer", avait-il ajouté.

Considéré comme le leader du projet, Tarik Hassane, surnommé "le chirurgien", a fait allégeance au groupe Etat islamique en 2014 peu avant de planifier les attaques. Il était en contact "avec des personnes en Syrie", a indiqué la police, qui n'exclut pas que Tarik Hassane y ait séjourné.

Suhaib Majeed, qu'il a connu à l'école, était son principal complice. Il était chargé de mener des opérations de reconnaissance dans l'ouest de Londres et d'entrer en possession d'une arme de poing et de munitions.

ATS