Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La problématique des lits froids en passe de trouver son épilogue

Berne - Malgré l'opposition de l'UDC, le Conseil national a accepté mercredi par 121 voix contre 53 la proposition de la conférence de conciliation pour limiter la prolifération des résidences secondaires. Le problème des lits froids est donc en passe de trouver son épilogue.
La conférence s'est largement rangée à l'avis de la Chambre des cantons, moins tolérante à l'égard de la multiplication des pied-à-terre. Ainsi, les dispositions ciblées comme la promotion de l'hôtellerie et des résidences principales à prix abordables ou l'amélioration du taux d'occupation des résidences secondaires figurent désormais dans la loi.
Le texte fait aussi l'impasse sur la transformation des bâtiments situés hors des zones à bâtir comme les habitations agricoles. Une raison suffisante pour motiver son rejet par l'UDC.
Un problème reconnu"Personne ne remet en cause la problématique soulevée, mais il faut l'intégrer dans la révision de la loi sur l'aménagement du territoire en préparation", a relevé Jacques Bourgeois (PLR/FR), au nom de la commission.
"Il faut régler le sort de ces constructions agricoles, mais il faut le faire sans précipitation", a souligné la ministre des infrastructures Doris Leuthard. Cela exige un débat de fond et une consultation des cantons car le problème ne se pose pas de la même façon en Valais ou au Tessin, a-t-elle ajouté.
La révision de la loi sur l'aménagement du territoire a pour objectif de servir de contre-projet indirect à l'initiative de Franz Weber "pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires". Parallèlement, elle doit faciliter à terme l'abrogation de la lex Koller, qui interdit aux personnes vivant à l'étranger d'acheter un bien foncier en Suisse.
Le Conseil des Etats doit encore donner son aval au compromis de la conférence de conciliation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.