Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La production suisse de spiritueux ne cesse de baisser. Représentant encore 80% du marché dans les années 80, elle n'a affiché qu'un petit 13% l'an dernier, cinq points en dessous de 2010. La Régie fédérale des alcools (RFA) mise sur la révision de le loi pour doper un peu le secteur.

Lors de l'exercice de distillation 2010/2011, 13'404 hectolitres d'alcool pur de boissons spiritueuses ont été produits en Suisse, soit une baisse de plus de 30% par rapport à l'année précédente. Ce recul s'explique par les mauvaises récoltes, de cerises et de prunes en particulier. Les résultats sont toutefois meilleurs que lors de la saison 2008/2009, a indiqué vendredi la RFA.

Conséquence: la part d'alcools suisses sur le marché a chuté, quand bien même les importations ont légèrement reculé, de 88'349 hectolitres d'alcool pur à 87'662 hectolitres. Au final, les recettes de l'impôt baissent aussi pour s'établir à 291,2 millions de francs. La consommation de spiritueux reste quant à elle stable depuis plus de dix ans, avec en moyenne 1,6 litre d'alcool pur par an et par habitant.

"Bouffée d'oxygène"

La RFA mise sur la révision de la loi sur l'alcool, que le Conseil fédéral vient de soumettre au Parlement, pour apporter une "bouffée d'oxygène" à la branche. Il devrait ainsi être désormais possible de vendre kirsch et autres damassines sur les marchés hebdomadaires, qui pourront servir de nouvelle plateforme pour ces produits du terroir.

Les producteurs pourront en outre à nouveau se tourner vers les pommes de terre, la révision de la loi instaurant le libre choix des matières premières pour la distillation. D'autres mesures ciblées sont prévues comme une réduction d'impôt pour les microproducteurs, des déductions pour pertes ou l'exonération fiscale des spiritueux entrant dans la fabrication de denrées alimentaires (fondues prêtes à l'emploi, chocolats).

ATS