La qualité de l'eau potable en Suisse est bonne, selon les chimistes cantonaux. Mais on trouve des traces de chlorothalonil ou d'atrazine dans de l'eau potable provenant d'eau souterraine dans des régions agricoles.

Au total, douze échantillons, sur un total de 300 à travers toute la Suisse, ont montré des dépassements des valeurs maximales, a indiqué jeudi l'association des chimistes cantonaux. L'eau potable concernée provient de régions à activité agricole intensive et est consommée par environ 2,7% de la population, soit 170'000 personnes.

La plupart des dépassements de la valeur maximale étaient dus à un produit de dégradation du pesticide chlorothalonil. Les résultats publiés par les chimistes cantonaux ne surprennent pas.

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) avait en effet révélé à la mi-août que les eaux souterraines contenaient trop de nitrate dans 15% des stations de mesure, sans oublier le chlorothalonil, décelé dans 31 d'entre elles. Et dans 20 cas, la limite légale de 0,1 microgramme par litre a été dépassée.

En Suisse, l'alerte à la pollution au chlorothalonil a été donnée dans la Broye en juin dernier. Lausanne a aussi dû agir fin août: elle a sorti du réseau d'eau potable des captages qui dépassaient la nouvelle valeur maximale autorisée pour le chlorothalonil. Ce pesticide devrait être interdit en Suisse d'ici la fin de l'année comme c'est déjà le cas dans l'UE.

Eau potable épargnée par le glyphosate

Une partie des échantillons a été analysée s'agissant de l'herbicide glyphosate et son produit de dégradation. Dans aucun échantillon, des résidus correspondants ont été trouvés. Par conséquent, le glyphosate ne représente pas un problème pour l'eau potable en Suisse, avancent les chimistes.

Au-dessous de la valeur maximale, des résidus de pesticides étaient mesurables dans plus de la moitié des échantillons, et dans divers échantillons, des produits de dégradation pour lesquels aucune valeur maximale n'a été fixée ont été décelés. L'eau potable concernée remplit donc les exigences légales des denrées alimentaires.

"Un herbicide pour la culture de la betterave pose problème", a donné comme exemple Claude Ramseier, le chimiste cantonal fribourgeois, interrogé par Keystone-ATS. Le produit ne se dégrade que très lentement. Mais comme aucune valeur limite n'est fixée pour ce produit, aucune norme n'est violée.

Selon lui, au moins huit interventions parlementaires vont être déposées à Berne pour tenter de limiter ou d'interdire l'utilisation de produits qui polluent durablement les eaux souterraines. Les herbicides sont aussi régulièrement réévalués, mais la démarche prend du temps.

Atrazine largement décelé

Bien que l'utilisation de l'herbicide "atrazine" soit interdit depuis sept ans, il a pu être largement décelé. Cela démontre que les processus de dégradation dans l'eau souterraine peuvent être très lents et que des substances peuvent encore être décelées dans l'eau potable des années après une interdiction.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.