Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour Gerhard Pfister, la réforme des retraites n'a pas été "ficelée en coulisse". Ici avec sa collègue de parti Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) sous la Coupole (archives).

KEYSTONE/THOMAS DELLEY

(sda-ats)

La Prévoyance vieillesse 2020 présente plus d'avantages que d'inconvénients, selon la Conférence des directeurs des affaires sociales (CDAS). Son vice-président, le PLR saint-gallois Martin Klöti, soutient la réforme, alors que son parti la combat ardemment.

"Au final, les avantages l'emportent nettement", déclare le membre de l'exécutif saint-gallois Martin Klöti samedi dans un entretien au Tages-Anzeiger et au Bund. Les chefs cantonaux des affaires sociales ont discuté de la réforme des retraites lors d'une réunion du comité. "Cette séance a clairement montré que nous sommes derrière cette réforme".

Pour la CDAS, il importe que les rentes soient garanties sur plusieurs années et que la prochaine génération bénéficie d'une structure solide. Ce que la prévoyance vieillesse peut justement fournir. De plus, elle vise à décharger les cantons au niveau des prestations complémentaires.

En cas de "non" le 24 septembre, le nombre de rentiers qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts peut augmenter drastiquement, avertit M. Klöti. Si cela devait arriver, les dépenses liées aux prestations complémentaires prendraient l'ascenseur au niveau cantonal, d'après lui.

Concernant la résistance de son parti au projet d'Alain Berset, le Saint-Gallois déclare "ne pas comprendre la véhémence avec laquelle certains collègues de parti et beaucoup de jeunes combattent cette réforme".

De la "vaseline"

On peut tout à fait entrer en discussion au sujet de la hausse prévue des rentes de 70 francs pour les nouveaux rentiers, selon lui. Le PLR estime toutefois que cette somme a servi de "vaseline" pour que la réforme soit acceptée par le Parlement.

Les 70 francs sont à considérer comme une partie d'un tout. Le plus important est que les députés aient trouvé un compromis après un travail de longue haleine: à savoir, un bonus de 70 francs et une hausse de l'âge de la retraite à 65 ans pour les femmes.

La présidente des libéraux-radicaux tient un tout autre discours. Les 70 francs ne sont pas une compensation, mais "une consolidation de l'AVS qui ne profite qu'à peu de monde", argue la conseillère nationale Petra Gössi (SZ) dans un entretien accordé au Blick. La solution de l'arrosoir n'est pas la bonne, selon elle.

Ficelé en coulisses

Concernant les mesures prévues dans la réforme, acceptées par le Parlement grâce au vote conjoint du PDC, PS, PBD, Verts et Vert'libéraux, elle parle d'un "paquet conclu en arrière-boutique". Celui-ci a été ficelé en coulisses par le PS et le PDC. Le PLR n'a eu aucune chance d'imposer ses idées, déplore la Schwyzoise. Ce que l'"on ne peut vraiment pas appeler un compromis".

Gerhard Pfister, président du PDC, contredit sa collègue. "Il n'y a pas eu d'affaire conclue en arrière-boutique", a rétorqué le Zougois, également interviewé par le Blick. Tout a été mis sur la table et discuté depuis deux ans. On ne peut pas ignorer le principe de la démocratie directe: sans compromis, une réforme n'a aucune chance.

L'UDC et l'économie contre

La Prévoyance vieillesse 2020 est combattue par l'UDC, le PLR et les principales associations économiques. Ils estiment que la hausse des rentes AVS provoquera un endettement supplémentaire de plusieurs milliards de francs dans les prochaines décennies, au détriment de la jeune génération.

L'opposition vient également de gauche. Le référendum lancé par la gauche de la gauche et des syndicats romands a abouti jeudi muni de plus de 58'000 signatures.

Le projet, adopté de justesse par les Chambres au printemps, vise à garantir jusqu'en 2030 le financement de l'AVS. Il prévoit la hausse de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans, le relèvement de la TVA de 0,6 point de pourcentage et une diminution des rentes du 2e pilier. Le taux de conversion de 6,8% sera progressivement abaissé à 6%.

Des mesures compensatoires sont prévues dans l'AVS avec un bonus de 70 francs pour les nouveaux rentiers et un relèvement de 150 à 155% du plafond de rente pour les couples mariés.

ATS