Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les administrateurs de PME en Suisse sont moins gourmands en termes de rémunérations (archives).

KEYSTONE/MARA TRUOG

(sda-ats)

Les honoraires des membres de conseils d'administration des petites et moyennes entreprises (PME) devraient diminuer cette année. Ils sont attendus en moyenne à 22'000 francs, contre 25'000 francs en 2014, soit une baisse de 12%.

La rémunération la plus élevée revient aux présidents et aux délégués des conseils d'administration, ressort-il d'une étude publiée mercredi et réalisée par le cabinet de conseil et d'audit zurichois BDO, en collaboration avec l'Institut suisse pour les PME de l'Université de St-Gall.

Effet correctif

Ces administrateurs percevront cette année respectivement 30'700 francs et 27'200 francs. Les montants ressortent aussi en recul par rapport à il y a trois ans (34'800 francs et 33'400 francs alors). Les indemnités des vice-présidents, membres des comités et membres ordinaires se situeront entre 15'000 et 17'000 francs.

Les plus fortes contractions ont été subies par les vice-présidents (-23%), les membres des comités spécialisés (-21%) et les délégués (-19%). BDO y voit un effet correctif, en rappelant que ces catégories avaient profité à la fin des années 1990 des progressions les plus marquées.

La diminution des rémunérations constatée en l'espace de trois ans s'explique avant tout par deux facteurs: la baisse ou l'absence d'honoraires délivrés en fonction des résultats financiers et la baisse volontaire des traitements des propriétaires des PME.

Moins de femmes

BDO mentionne encore une rémunération plus faible pour les postes les plus récemment pourvus et une volonté d'attribuer des honoraires plus bas dans les jeunes entreprises. Au final, il apparaît que seuls les administrateurs ordinaires, sans fonctions particulières, ont réussi à maintenir leur traitement.

Plus largement, le cabinet de conseil zurichois y décèle une plus grande responsabilité vis-à-vis des entreprises dont ces administrateurs assument la surveillance de la gestion. Une approche qui ne prévaut pas nécessairement dans les grands groupes cotés en Bourse.

La présence des femmes au sein des conseils d'administrateur ne s'est quant à elle pas améliorée entre 2014 et 2017, note l'étude. Au contraire, leur part a diminué d'un point de pourcentage pour tomber à 14%. Ce qui signifie que seul un peu plus d'un membre de conseil d'administration sur huit est une femme.

Plutôt âgés

Toutefois, il apparaît que plus l'entreprise est petite plus il y a de femmes qui siègent dans l'organe de surveillance. Le constat vaut pour les PME de dix collaborateurs au maximum, des entités qui ont le plus souvent une dimension familiale.

L'étude relève encore qu'en moyenne les présidents du conseil d'administration exercent 2,7 mandats d'administrateur. Pour les simples membres, ce chiffre est de 2,2. Enfin, 40% des administrateurs n'ont qu'un seul mandat, soit parce qu'ils sont des connaisseurs de l'activité de la PME ou membres de la famille.

Quant à l'âge moyen des administrateurs, il apparaît plutôt élevé. Deux tiers d'entre eux ont ainsi 50 ans ou plus. BDO déplore une situation qui suppose que certains aspects de la gestion, comme le défi posé par le numérique, ne sont pas suffisamment pris en considération.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS