Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le directeur général d'UBS Sergio Ermotti fait partie des exceptions à la baisse des rémunérations moyennes des patrons de sociétés listées sur le SMI en 2017. (archives)

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La rémunération moyenne des patrons de grandes sociétés cotées sur le SMI a reculé de 7% à 6,8 millions de francs l'année dernière, a indiqué jeudi la fondation Ethos dans son étude annuelle. Le secteur financier continue cependant de faire exception.

Pour les entreprises de taille plus modeste, cotées sur l'indice élargi SMIM, les rétributions des directeurs généraux ont baissé en moyenne de 8% à 3,7 millions de francs, a précisé la fondation genevoise dans un communiqué.

"Les droits accordés aux actionnaires en matière de rémunération depuis l'entrée en oeuvre de l'initiative Minder permettent de freiner les excès", a constaté Ethos qui compte parmi ses membres 229 caisses de pension. Cette dernière a cependant constaté, sans nommer les entreprises visées, que "certains niveaux de rémunération restent trop élevés et pas toujours en lien avec la performance".

Ethos a notamment pointé du doigt le secteur financier, où "le lien entre la rémunération des dirigeants et la performance financière de la société n'est pas démontré".

La fondation a ainsi relevé que la stabilité des rémunérations des responsables du secteur contrastait avec la chute de 44% depuis 2009 des bénéfices des 26 sociétés financières parmi les 100 plus grandes capitalisations et la baisse de 7% du nombre d'employés de ces sociétés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS