Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Varo Energy Holding SA compte redémarrer la raffinerie de Cressier (NE) et poursuivre l'exploitation et les activités marketing à partir de la deuxième quinzaine de juillet. Le groupe a obtenu vendredi toutes les autorisations nécessaires pour finaliser l'achat du site.

La vente de la raffinerie a pu être exécutée vendredi, ont annoncé les commissaires au sursis concordataire de Petroplus. Le repreneur peut donc désormais disposer du site.

Pour mémoire, en proie à de graves problèmes financiers, le groupe zougois Petroplus a dû se séparer de ses cinq raffineries. Pour son site suisse, à Cressier (NE), le premier raffineur indépendant d'Europe a signé début mai un accord avec Varo Holding.

Ce dernier est une coentreprise entre le géant du commerce de pétrole Vitol et la société AtlasInvest, contrôlée par un cofondateur de Petroplus. Dès la publication de l'accord, le repreneur a annoncé sa volonté de redémarrer l'activité et reprendre les quelque 270 employés.

Peu de départs

La raffinerie est à l'arrêt depuis la mi-janvier. Un tiers du personnel est resté sur le site de Cressier pour effectuer des travaux de maintenance. Et sur les quelque 270 employés, seule une vingtaine a quitté l'entreprise durant cette période d'incertitude.

Le processus de vente avait été lancé mi-février. Les experts de la branche ne donnaient pas cher de l'avenir de la raffinerie de Cressier, le secteur du raffinage européen étant victime d'une surcapacité chronique qui pousse les exploitants à vendre ou fermer les installations.

La Suisse conserve ainsi deux raffineries sur son territoire. L'autre, détenue par le groupe Tamoil, se trouve à Collombey (VS).

Des solutions plus ou moins durables ont été trouvées pour les autres sites de Petroplus. La société de négoce en matières premières Gunvor a racheté la raffinerie d'Ingolstadt, dans le sud de l'Allemagne. C'est le deuxième site, après celui d'Anvers, que Gunvor reprend au groupe suisse en faillite.

ATS