Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Helvetia a vu son bénéfice net fléchir l'an dernier de 15,4% par rapport à 2010 à 288,7 millions de francs. L'assureur saint-gallois a pourtant vu son volume de primes franchir pour la première fois la barre des 7 milliards, en hausse de 6,2% à 7,17 milliards.

En monnaie d'origine, la croissance du chiffre d'affaires ressort à 10,9%, a indiqué Helvetia lundi dans un communiqué. Des taux de croissance à deux chiffres ont été enregistrés, tant dans les affaires vie que dans les affaires non-vie. Le recul du bénéfice net s'explique en partie par la baisse des revenus due aux fluctuations de change.

Au niveau de la rentabilité des deux secteurs, le bénéfice dans l'assurance-vie s'est inscrit à 155,2 millions de francs, en hausse de plus de 40%. Ce bond a permis de compenser le recul de 24% dans les affaires non-vie, relève le groupe. Au niveau technique, le ratio combiné - rapport entre risques et frais - s'est détérioré, passant à 95,6% contre 94,1% un an plus tôt.

Le résultat des placements financiers et des immeubles s'est inscrit à 878,4 millions de francs, en recul de 16,3% sur un an.

Objectifs pour 2013 confirmés

Le marché suisse reste le pilier des revenus du groupe avec une croissance en monnaie d'origine de 18,4% à 4,11 milliards. Le bénéfice opérationnel se monte à 260,6 millions de francs. Le ratio combiné s'est établi à 86%, ce qu'Helvetia juge "très bon".

L'intégration des deux compagnies Alba et Phenix est arrivée quasiment à son terme après la fusion juridique des deux entreprises et la revente du portefeuille maladie et accident qui ne fait plus partie de l'activité de base.

Le groupe saint-gallois avait racheté Alba, assureur bâlois actif dans le non-vie, et Phenix, société lausannoise spécialisée dans les assurances de personnes et les dommages, en 2010 afin d'étendre ses possibilités de distribution.

Helvetia n'a pas donné de perspectives chiffrées pour l'exercice en cours, mais confirmé ses objectifs pour 2013. Le groupe recherche une croissance organique au-dessus de celle du marché et un rendement des capitaux propres entre 10% à 12%.

ATS