Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des petits fragments de tuf sont tombés samedi du Colisée. Ils n'ont blessé personne mais ont relancé les demandes pour une reprise plus rapide des travaux de restauration d'un des monuments antiques les plus visités d'Italie.

"Même si cela n'est pas grave, cela prouve que les travaux ne peuvent être repoussés", a déclaré le surintendant pour les biens culturels de la capitale, Umberto Broccoli.

Le maire de droite, Gianni Alemanno, venu lui aussi sur les lieux, a appelé à des décisions rapides. "Maintenant assez! La situation frôle le ridicule. Nous ne pouvons renvoyer la restauration. Les chantiers doivent s'ouvrir maintenant".

25 millions d'euros

Les travaux de restauration, financés à hauteur de 25 millions d'euros par le fabricant italien de chaussures et sacs Tod's, devraient débuter en mars et s'étaler sur trois ans environ. Au terme desquels les zones ouvertes aux visiteurs du Colisée augmenteront de 25%, selon Roberto Cecchi, commissaire des zones archéologiques de Rome.

Actuellement, la façade du Colisée, abîmée par les intempéries et noircie par la pollution automobile, offre un triste spectacle. En mai 2010 déjà, des morceaux s'étaient détachés des parois.

Le nombre de visiteurs au Colisée, plus grand amphithéâtre jamais construit sous l'Empire romain (188 mètres sur 156, pour une hauteur de 48,50 mètres), est passé en une dizaine d'années d'un million de visiteurs annuels à environ six millions.

ATS