Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Russie s'est qualifiée pour les demi-finales du Mondial en disposant 3-0 des Tchèque. La Finlande a causé la surprise face aux Etats-Unis (2-0) et le Canada a mis fin au rêve allemand (2-1).

Pour les Tchèques, la salade russe était vraiment indigeste. A part les neuf premières minutes où les coéquipiers de Roman Cervenka ont dominé et tout raté à la finition, ils ont été complètement dominés par les Russes devant 6200 spectateurs. Dès la 9e minute, Orlov surprenait le portier Francouz. Après une pénalité sévère infligée au Tchèque Jerabek par l'arbitre suisse Tobias Wehrli, Nikita Kucherov (Tampa Bay) démontrait toute sa classe après un débordement de Yevgeni Kuznetsov en logeant le palet dans un trou de souris (14e). Le match était joué.

Kucherov allait encore se mettre en évidence lorsque parfaitement lancé par Kuznetsov, il offrait une passe en or à Artemi Panarin pour un jeu de transition digne du manuel (3-0/54e). Et dire que Kuznetsov ne devait pas jouer avec le duo Panarin - Kucherov. Ce rôle devait revenir à Vladislav Namestnikov qui a dû quitter la glace après deux shifts seulement après avoir pris de plein fouet dans le pied un tir d'un Tchèque à 5 contre 4. Les Russes tiennent là leur ligne de parade avant d'affronter samedi le vainqueur de Canada - Allemagne.

A Cologne devant près de 9000 spectateurs, les Finlandais ont créé une petite sensation en sortant le vainqueur de la poule A. Les coéquipiers de l'ex-Fribourgeois Antti Pihlström ont su piéger les Américains. Mikko Rantanen a profité d'un double rebond accordé par le portier Jimmy Howard pour ouvrir la marque (22e) en supériorité numérique. Joonas Kemppainen a inscrit le 2-0 à la 47e, sauvant - pour le moment - la mise de l'entraîneur Lauri Marjamaki, très discuté. La Finlande, très décevante à Paris, où elle a terminé quatrième de son groupe, s'est refait une santé.

Malgré l'appui des presque 19'000 personnes de la Lanxess Arena, le miracle allemand n'a pas eu lieu. Dans une partie à élimination directe, le Canada est rarement pris en défaut ces dernières années. Champion olympique, double champion du monde en titre, vainqueur de la Coupe du monde, le Canada joue clairement une classe au-dessus. Mark Scheifele en fin de premier tiers (18e) puis Jeff Skinner en fin de deuxième (39e) ont montré à Leon Draisaitl & Cie qu'ils avaient encore du chemin à faire. Les Allemands y ont cru lorsque Yannic Seidenberg a réduit la marque à la 54e en profitant d'un mauvais placement des défenseurs canadiens sur un power-play, mais il serait prétentieux de prétendre que la Mannschaft a fait trembler les joueurs à la feuille d'érable.

Les affiches des demi-finales sont royales avec Suède-Finlande et bien sûr Canada-Russie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS