Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Russie a été acceptée vendredi après-midi à Genève comme nouveau membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), au terme de 18 ans de négociations. La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey a salué "une formidable avancée".

L'adhésion de la Russie à l'OMC est un évènement qui "va profiter à la fois à la Russie et à ses futurs partenaires" commerciaux, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev, dans un message lu à la conférence ministérielle, après l'approbation par acclamations de l'adhésion de son pays par les 153 pays membres, réunis à Genève jusqu'à samedi.

"Il faut développer un système commercial juste et efficace et renforcer les institutions multilatérales internationales", a déclaré Dmitri Medvedev. "La Russie est prête à contribuer autant que possible à ce travail", a-t-il affirmé.

Point de départ

La ministre russe du commerce et de l'économie Elvira Nabioullina a souligné que "la fin des négociations n'était pas une ligne d'arrivée, mais un point de départ".

La Russie deviendra membre de l'OMC 30 jours après ratification des accords l'an prochain par la Douma, le parlement russe. Elle aura ensuite plusieurs années pour se mettre en conformité, selon les secteurs, avec les règles de l'OMC.

Le directeur général de l'OMC Pascal Lamy a salué "un moment historique, qui survient après un marathon de 18 ans". Il a souligné qu'avec l'adhésion de la Russie l'OMC couvrait désormais 97% du commerce mondial. La Russie avait déposé sa candidature en 1993.

Contribution de la Suisse

"C'est une formidable avancée, non seulement pour la Russie, mais aussi pour l'OMC toute entière", a déclaré la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey, présente à la cérémonie.

Elle a affirmé que la Suisse était heureuse d'avoir pu y apporter sa contribution dans la phase finale, en acceptant "une mission presque impossible" de médiation entre la Russie et la Géorgie. Tbilissi menaçait de bloquer l'entrée de Moscou à l'OMC. Un accord a pu être signé le 9 novembre à Genève pour la création de corridors douaniers grâce à la médiation de la Suisse.

ATS