Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour le président de la Commission nationale sur l'énergie, Carlo Schmid-Sutter, deuxième depuis la droite, dépendre de l'étranger est risqué.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La sécurité de l'approvisionnement est garantie à court terme, selon la Commission fédérale de l'électricité (ElCom). Mais les problèmes s'accroîtront à moyen et long terme, estime-t-elle.

"La qualité de l'approvisionnement était excellence ces dernières années", a annoncé jeudi devant la presse Carlo Schmid-Sutter, président d'ElCom. "Actuellement, nous sommes totalement détendus." Pour l'ElCom, il n'est donc pas nécessaire de prendre des mesures d'urgence à court terme.

En 2016, la sécurité de l'approvisionnement était garantie sur le sol helvétique. Les interruptions de courant chez les clients n'ont été que de 19 minutes, dont 10 minutes de coupures planifiées, ce qui permet à la Suisse de se placer très haut dans le classement international.

Hivers difficiles

Malgré cela, la situation durant les deux derniers hivers a été tendue, mais stable, indique jeudi l'ElCom. Les centrales au fil de l'eau et nucléaires indigènes n'ont produit que de faibles quantités durant l'hiver 2016/2017. Le réacteur de Beznau I n'était pas disponible; et la centrale de Leibstadt hors service.

Toutefois, Swissgrid, la société nationale exploitante et propriétaire du réseau électrique, a anticipé les travaux d'entretien du réseau de transport, la construction d'un transformateur supplémentaire et l'acquisition de réserves.

Autre facteur de tension: la météo. Janvier 2017 a été très froid et sec, contrairement à l'année précédente. Il a donc fallu recourir massivement aux réserves des lacs de rétention suisses. Et leur niveau n'a jamais été aussi bas, souligne l'autorité indépendante de surveillance en matière d'électricité.

En conséquence, les importations ont été importantes durant l'hiver, alors même que la situation était tendue à l'étranger. En France, plusieurs centrales ont été provisoirement retirées du réseau. Dans cette situation, notre voisin s'occupe d'abord de son propre approvisionnement, souligne M. Schmid-Sutter.

Situations critiques

Selon la commission, l'hiver à venir sera à nouveau stable. Leibstadt est à nouveau en activité et "nous n'avons pas d'indications concernant des problèmes en France", précise son président.

Selon lui, "il faut toutefois s'attendre à davantage de situations critiques pour le réseau" à moyen et à long terme. Les défis se profilent à l'horizon avec la sortie du nucléaire. Le taux d'auto-suffisance est en baisse, les importations augmentent et la dépendance à l'étranger s'accentue.

Cette dépendance est un risque, soutient Carlo Schmid-Sutter. Des pays voisins n'ont pas toujours la capacité à exporter.

Pour limiter les risques, des progrès doivent être réalisés en matière d'extension du réseau. Un transformateur doit être installé à Mühleberg et la tension sur la ligne Bassecourt-Mühleberg doit être augmentée. Mais, c'est beaucoup de bureaucratie, sourit M. Schmid-Sutter.

En outre, la tendance vers un marché libre continue à se renforcer. Depuis 2009, les gros clients peuvent choisir leur propre fournisseur énergétique et font de plus en plus usage de ce droit, sous l'effet d'un recul constant des prix. Ainsi en 2011, seuls 8% des consommateurs finaux en profitaient, contre 65% aujourd'hui, ce qui représente près de 80% de la quantité d'énergie librement commercialisée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS