Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Swiss Football League (SFL) veut revoir le concordat contre la violence dans les stades élaboré par les cantons. Elle propose plusieurs mesures, notamment des fouilles et contrôles d'identité plus strictes, pour éviter que chaque match soit soumis à autorisation.

Début février, la conférence des directeurs de Départements cantonaux de justice et police (CCDJP) a présenté un nouveau concordat pour mettre fin à la violence dans et autour des stades, qui doit être adopté par les cantons. Parmi les nouvelles mesures introduites figure l'obligation de soumettre chaque match à autorisation.

Selon le concordat, ce feu vert cantonal peut être complété au cas par cas par des mesures visant l'encadrement des supporters, la vente de boissons alcoolisées ou les contrôles d'accès. La SFL s'était opposée à une telle démarche et avait demandé à la CCDJP de ne cibler que les matchs à risque.

Sécurité renforcée

Parmi les mesures qu'elle propose, la SFL prévoit le renforcement des fouilles corporelles et de la surveillance durant les matchs de ligue supérieure, afin d'éviter l'utilisation d'engins pyrotechniques dans l'enceinte des bâtiments.

De même, la solidarité entre les quelque 1500 supporters considérés comme violents en Suisse et les fans potentiellement dangereux, beaucoup plus nombreux, doit être brisée. Au contraire, la collaboration des organisations de fans avec les autorités, les CFF et les clubs mérite d'être renforcée.

Les arrivées et départs des supporters visiteurs dans les trains réservés aux fans doivent être mieux gérés grâce à la collaboration étroite des clubs et des CFF, a-t-il poursuivi. Il a rappelé l'exemple bernois, où le personnel des CFF s'est engagé dans la formation de certains supporters responsables de la sécurité dans les trains mis à disposition des groupes de fans.

ATS