Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le climat général s'est assombri pour les entreprises suisses en mai, après six mois de reprise, annonce UBS. Tant les PME que les grandes sociétés sont touchées. Le secteur du tourisme est en souffrance, alors que le bâtiment continue de résister.

Les petites et moyennes entreprises actives dans le tourisme peinent particulièrement à s'adapter aux mutations du contexte économique, ce qui a eu un impact sur leur chiffre d'affaires, a relevé jeudi la grande banque dans son baromètre des PME. Même les grandes sociétés, longtemps en position plus favorable, ont vu leur résultat et la demande chuter ces derniers mois.

Le commerce de détail est également de plus en plus sous pression. Là-aussi, les entreprises importantes ont résisté plus longtemps que les PME, qui ont vu leurs résultats baisser déjà en 2008. Ceux des établissements de plus de 200 employés ont commencé à chuter vers la mi-2011.

Bâtiment et services solides

L'industrie du bâtiment en revanche n'a pas donné signe de faiblesse. Les entreprises, petites ou grandes, "affichent depuis trois ans des carnets de commandes toujours plus remplis", selon les informations récoltées par les experts de l'UBS.

Petit bémol toutefois, les deux catégories d'entreprises ont reconnu, au deuxième trimestre de cette année, qu'elles employaient trop de main-d'oeuvre. Un signe, pour les auteurs du baromètre, que la "dynamique du bâtiment s'est tout de même ralentie au cours des derniers mois". De plus, le secteur continue de faire face à des prix en baisse.

De leur côté, les sociétés de service ont continué de bien se porter ces derniers mois. Leur bonne santé est attribuée au fait qu'elles sont plutôt orientées vers le marché intérieur.

La demande a continué de grimper au premier trimestre 2012 pour les entreprises de ce secteur, quelle que soit leur taille. Seule ombre au tableau, cette branche doit également faire face à une baisse des prix.

ATS