Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pavatex avait annoncé fin 2014 son intention de fermer son usine de Fribourg, ce qui avait provoqué une grève et des manifestations (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La société française Soprema reprend le fabricant de panneaux en fibres de bois Pavatex, basé à Cham (ZG), mais également présent à Fribourg. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé.

Avec cette acquisition, Soprema détiendra 100% des actions de Pavatex et contrôlera ainsi toutes les entreprises du groupe, indiquent vendredi les deux sociétés dans un communiqué commun. Afin de bénéficier rapidement de synergies réciproques, l'organisation des usines du fabricant zougois feront progressivement partie de l'organisation de la société française, basée à Strasbourg.

Les structures commerciales de Pavatex pour la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche et la France seront par ailleurs rapidement intégrées dans l'organisation des ventes de Soprema. L'intégration au sein du groupe français "assurera à Pavatex et ses clients, partenaires et collaborateurs une poursuite de son développement", affirme le communiqué.

Phase de transition

Martin Brettenthaler, directeur général de Pavatex, a quitté ses fonctions avec effet immédiat. Il restera toutefois présent au sein de l'entreprise en tant que conseiller pendant une phase intermédiaire.

Créée en 1908 à Strasbourg, Soprema est un spécialiste mondial de l'étanchéité et de l'isolation thermique des bâtiments et des ouvrages d'art. Le groupe emploie 6260 collaborateurs, pour un chiffre d'affaires de 2,13 milliards d'euros (2,37 milliards de francs) en 2015.

Pavatex possède deux sites de production, à Cham et à Golbey (France). Pour mémoire, l'entreprise annonçait fin 2014 vouloir cesser la production à Fribourg, en lien avec le franc fort et la hausse des coûts de production.

Elle avait licencié 47 personnes, ce qui avait provoqué une grève des ouvriers devant le refus de la direction de négocier un plan social en présence d'Unia. Un accord avait finalement été trouvé.

ATS