Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sous pression de la concurrence asiatique et de la vigueur du franc, PPC Electronic a demandé sa mise en faillite. Le fabricant zougois de circuits imprimés, qui occupait encore plus de 500 salariés au tournant du siècle, va licencier ses 95 derniers employés.

La procédure de faillite a été ouverte lundi, a indiqué à l'ats Giorgio Dognini, le patron de PPC Electronic, confirmant une information publiée dans la "Neue Zuger Zeitung". "Après un rude combat, nous devons admettre que les facteurs extérieurs ont pris le dessus", a-t-il ajouté, regrettant surtout les pertes d'emplois pour de fidèles collaborateurs hautement spécialisés.

M. Dognini a expliqué la demande de mise en faillite essentiellement par la vive appréciation du franc au cours des deux dernières années. Celle-ci est venue peser sur des marges déjà faibles et a ruiné la substance de l'entreprise qui exporte 98% de sa production.

Reste que les difficultés de PPC Electronic ne sont pas nouvelles. En mai 2001, la firme zougoise, sous le coup de la chute des commandes des équipementiers en télécommunications, avait annoncé le licenciement de 45 de ses 500 salariés. D'autres réductions d'effectifs étaient intervenues depuis.

Fondée en 1970, PPC Electronic avait été reprise par ses cadres en 1995. Après une phase de vigoureuse croissance, la société avait ouvert un nouveau site de production en 2001. Détenue par M. Dognini et deux autres membres de la direction, l'entreprise zougoise a dégagé l'an passé un chiffre d'affaires de 20 millions de francs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS