Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La sonde Juno au-dessus de Jupiter, selon une modélisation fournie par la Nasa. L'engin, de la taille d'un terrain de basket-ball, fonctionne à l'énergie solaire.

KEYSTONE/EPA NASA/NASA / HANDOUT

(sda-ats)

Cinq ans après son lancement, la sonde Juno de la Nasa fonctionne bien et devrait comme prévu se mettre en orbite autour de Jupiter, le 5 juillet. Objectif: percer les mystères de la plus grande planète du système solaire, a indiqué l'agence spatiale américaine.

La sonde de quatre tonnes, propulsée par l'énergie solaire, se trouve actuellement à moins de 14 millions de kilomètres de sa destination. Elle effectuera une série de 37 survols rapprochés de Jupiter à seulement 4667 km de la couche nuageuse épaisse de la géante gazeuse pendant une mission scientifique qui doit durer 16 mois.

Les survols de Juno seront beaucoup plus proches que le précédent record de 43'000 km établi par la sonde américaine Pioneer 11 en 1974.

Le 5 juillet à 04h30, alors que Juno avancera à 64 km par seconde, la sonde allumera son moteur principal pendant 35 minutes pour freiner sa course et se placer sur une orbite polaire de 53 jours.

Etant donné la distance de Jupiter à la Terre, environ 869 millions de km, les signaux radio confirmant l'allumage du moteur ne parviendront aux contrôleurs de vol que 48 minutes après, soit à 05h18.

Aurores boréales

Pendant ses survols, les instruments de la sonde pénétreront l'épaisse couverture nuageuse pour étudier les gigantesques aurores boréales, les origines de Jupiter, ses structures, son atmosphère et sa magnétosphère.

"Juno s'approchera de Jupiter à une distance sans précédent pour percer ses mystères", a souligné lors d'une conférence de presse Diane Brown, responsable du programme à la Nasa.

"Nous utilisons toutes les techniques connues pour voir à travers les nuages jovien et révéler les secrets qui s'y cachent sur les débuts de notre système solaire", a précisé Scott Bolton, du Southwest Research Institute à San Antonio (Texas), le principal scientifique de la mission.

Pas sans risque pour la sonde

Il a aussi souligné les risques potentiels pour Juno en s'approchant aussi près de la planète, citant une couche d'hydrogène qui subit une telle pression qu'elle agit comme un puissant conducteur électrique.

Les scientifiques pensent que ce phénomène combiné à la rotation rapide de Jupiter - un jour jovien est seulement long de dix heures terrestres - génère un champ magnétique très puissant qui entoure la planète et peut menacer la sonde.

Pour se protéger des fortes radiations, Juno est munie d'une solide armure de titane qui entoure ses équipements et instruments électroniques, son ordinateur de bord et les câblages électriques. Pesant 172 kilos, cette voûte réduira l'exposition aux radiations 800 fois par rapport à la partie non protégée.

Juno est une mission de 1,1 milliard de dollars. Le vaisseau avait été lancé le 5 aout 2011.

ATS