Navigation

La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie bientôt libérée

Ce contenu a été publié le 31 mai 2014 - 21:19
(Keystone-ATS)

Une Soudanaise chrétienne de 27 ans condamnée à mort pour apostasie sera libérée "dans les prochains jours", a annoncé un responsable des Affaires étrangères. Cette affaire avait provoqué un tollé à l'étranger.

Née d'un père musulman, Meriam Yahia Ibrahim Ishag avait été condamnée à mort par pendaison le 15 mai en vertu de la loi islamique en vigueur au Soudan, qui interdit les conversions. La jeune femme, mariée à un chrétien du Soudan du Sud, avait également été condamnée à 100 coups de fouet pour "adultère".

Selon l'interprétation soudanaise de la charia, une musulmane ne peut épouser un non musulman, et toute union de ce type est considérée comme un "adultère".

Peine "barbare"

Mme Ishag a refusé d'abjurer sa foi chrétienne au profit de l'islam. Selon Amnesty International, elle a été élevée en tant que chrétienne orthodoxe, la religion de sa mère, car son père, un musulman, était absent pendant son enfance.

La jeune femme était enceinte au moment de sa condamnation. Elle a accouché mardi en prison. Elle a aussi un garçon de 20 mois.

Le verdict prononcé à son encontre avait provoqué un tollé à l'étranger. Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé plus tôt dans la journée samedi le gouvernement soudanais à annuler cette condamnation. Il s'est dit "absolument révolté" par cette peine "barbare".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.