Toute l'actu en bref

Au total, la SSR a consacré 13% de ses dépenses au domaine "Sport" en 2016, soit 210,1 millions de francs (archives).

Keystone/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La SSR a dépensé moins d'argent pour les domaines information et culture en 2016. Elle a par contre déboursé davantage pour le sport, Jeux olympiques obligent. Les coûts pour les droits sportifs sont publiés pour la première fois.

La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) a déboursé 51,2 millions de francs par an ces quatre dernières années en droits sportifs, selon son rapport de gestion 2016 dévoilé mardi. Le public a ainsi pu suivre une centaine de sports différents, indique l'entreprise.

Au total, elle a consacré 13% de ses dépenses au domaine "Sport" en 2016, soit 210,1 millions. Cette hausse de près de 30 millions s'explique par des événements sportifs d'envergure, comme les Jeux olympiques de Rio, selon la SSR.

Conséquence: les dépenses des domaines "Information" (39% des dépenses) et "Culture, société et formation" (18%) ont baissé. Mais l'info, avec 605 millions de francs, reste de loin le principal poste de dépenses pour la SSR.

Suit le domaine "Divertissement et films" (23%), qui a nécessité 365,7 millions de francs, soit une hausse de 10,5 millions par rapport à 2015. Cette augmentation est due à la production du film "Gothard".

Enfin, le domaine "Musique et jeunesse" est en baisse de près de 9 millions de francs par rapport à 2015 (109,3 millions, soit 7%).

"Temps présent" le plus cher

La SSR a publié pour la première fois en 2016 des rapports faisant état des salaires et des coûts de production, comme le voulait le Parlement. Du côté romand, la Radio Télévision Suisse (RTS) a, pour la deuxième année de suite, consacré 36 millions à l'actualité quotidienne et aux événements d'actualité télévisuels. Les deux éditions quotidiennes du journal - "Le 12h45" et "Le 19h30" - absorbent à elles seules 29 millions.

Parmi les magazines hebdomadaires, les montants s'échelonnent entre 40'000 et 145'000 francs par édition. "Temps présent" est le plus coûteux de toute la SSR.

Séries

Pour 2016-2019, la RTS soutient à hauteur de 27,5 millions la création cinématographique et audiovisuelle à l'échelle régionale, nationale et internationale dans le cadre du Pacte de l'audiovisuel, soit 4,2 millions de plus qu'en 2012-2015. Sur ce montant, 7,1 millions, auxquels s'ajoute 1,3 million issu de son propre budget, sont investis dans des coproductions.

Au rayon séries, les productions maison comme "Animalia" coûtent 500'000 francs par épisode. La RTS finance entre 70 et 80% des coûts totaux d'une saison de sept ou huit épisodes de 52 minutes. Pour les séries type "Sherlock" ou "Game of Thrones", la RTS investit entre 1000 et 12'000 francs par épisode, selon sa durée. Les séries internationales coûtent moins cher que les européennes.

Du côté de la radio, le coût global de l'information radio de la RTS s'est monté à 19,5 millions de francs en 2016. Par ailleurs, le budget de La Première s'est élevé à 16,2 millions et celui de Couleur 3 à 5,7 millions, des chiffres comparables à ceux de 2015. En revanche, le budget d'Espace 2 a baissé de 11,4 à 8,6 millions, tandis que celui d'Option musique est passé de 1,8 à 2,3 millions.

Haut niveau de qualification

En 2016, la SSR a versé 541 millions de francs pour les salaires de ses collaborateurs, contre 550 millions l'année précédente. "Des suppressions de postes étant prévues en 2016, il n'y a pas eu d'augmentation de salaire l'an dernier", écrit l'entreprise.

Le salaire annuel moyen versé par la SSR toutes catégories de collaborateurs confondues s'élève à 107'454 francs par poste à temps plein, pour un âge moyen de 45 ans. Ce niveau relativement élevé, comparable à celui de 2015, s'explique par le haut niveau de qualification des collaborateurs: 42% d'entre eux sont titulaires d'un diplôme d'une école supérieure ou d'une haute école spécialisée, écrit la SSR.

www.rtsentreprise.ch/emissions-couts www.srgssr.ch/rg2016

ATS

 Toute l'actu en bref