Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suède a remporté samedi à Bakou la 57e édition de l'Eurovision avec la chanteuse Loreen. La gagnante avait suscité l'indignation des autorités azerbaïdjanaises vendredi en dénonçant les violations des droits de l'homme dans le pays hôte.

Dans le Palais de cristal, construit spécialement pour le concours, la chanteuse, âgée de 28 ans, s'est imposée avec sa chanson "Euphoria" devant la Russie et la Serbie. La Suède organisera donc la prochaine édition en 2013. Il s'agit de la cinquième victoire de la Suède à ce concours regardé par plus de 100 millions de téléspectateurs.

Grande favorite de la compétition, Loreen a remporté une très nette victoire avec 372 suffrages, contre 259 aux grands-mères russes de "Bouranovskie Babouchki", qui ont pris la 2e place, et 214 à Zeljko Joksimovic, qui représentait la Serbie.

Droits de l'homme

Parmi les favoris, Loreen était néanmoins attendue au tournant samedi soir. Dans la semaine, elle a rencontré des militants locaux des droits de l'homme qui lui avaient demandé de parler des carences démocratiques dans le pays quand elle monterait sur scène. Elle ne l'a pas fait.

Toutefois, vendredi, elle avait dénoncé la violation des droits de l'homme dans l'ex-république soviétique du Sud-Caucase. "Les droits de l'homme sont violés quotidiennement en Azerbaïdjan. On ne doit pas garder le silence face à de telles choses", avait dit l'artiste, citée par le quotidien d'opposition Azadliq.

Politisation

Les autorités azerbaïdjanaises ont déploré sa prise de position et ont dénoncé une tentative de politiser l'événement. L'Azerbaïdjan, un pays de quelque 9,2 millions d'habitants à majorité musulmane, riche en hydrocarbures, avait mis les bouchées doubles pour se présenter au monde.

Dans les rues de Bakou, le symbole de l'Eurovision était depuis plusieurs jours visible partout. Mais l'ambiance festive a été ternie vendredi soir par l'interpellation de dizaines d'opposants qui tentaient d'organiser une manifestation pacifique pour réclamer des élections équitables et la liberté de se rassembler, comme ce fut déjà le cas plus tôt dans la semaine.

ATS