Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse devra administrer avec d'autres pays l'OIT dirigée par le Britannique Guy Ryder (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

La Suisse pourra faire valoir ses priorités pour l'Organisation internationale du travail (OIT). Elle a été élue lundi à Genève pour trois ans à un siège de membre adjoint au Conseil d'administration de l'institution.

Au total, 18 pays ont été désignés comme membres titulaires, en plus des 10 pays les plus industrialisés qui sont membres permanents, dans le cadre de la Conférence internationale du travail qui a lieu jusqu'à vendredi. La Suisse fera elle partie des 28 membres adjoints jusqu'en juin 2020. Elle a obtenu 231 voix, troisième résultat parmi les candidats du groupe européen.

Elle pourra "intervenir et participer à la gestion des affaires" mais voter uniquement si un membre titulaire est absent et lui délègue sa voix, a expliqué à l'ats un membre de la délégation suisse. Aux côtés des gouvernements siègent aussi les représentants des partenaires sociaux.

Grâce à cette élection, la Suisse pourra "participer activement" à l'organe exécutif de l'OIT, notamment durant le centenaire de l'organisation qui est attendu pour 2019. Et parmi ses priorités, elle souhaite oeuvrer pour renforcer l'organisation comme contributrice de l'équité sociale dans le monde du travail, garantir l'application des normes de l'OIT ou étendre les emplois décents, notamment dans les pays en développement.

187 Etats membres de l'OIT

"La Suisse et l'OIT partagent parmi leurs valeurs communes celle du partenariat social", s'est réjouit le membre de la délégation. Selon lui, l'amélioration des conditions de travail passe par la coopération entre les gouvernements et les interlocuteurs comme les patrons et les syndicats. "Il y a beaucoup de pays dans lesquels la question se pose", estime-t-il.

Plus de 4000 délégués des 187 pays membres sont réunis pendant une dizaine de jours pour cette 106e Conférence internationale du travail à Genève. Ils font partie des gouvernements et des partenaires sociaux.

La Suisse est représentée par le chef de la Direction du travail du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) Boris Zürcher, le directeur général de la Fédération des entreprises romandes (FER) Blaise Matthey et le secrétaire central à l'Union syndicale suisse (USS) Luca Cirigliano.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS