Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En avril, le GSsA a lancé une initiative visant à interdire le financement des producteurs de matériel de guerre par la place financière helvétique (photo symbolique).

Keystone/DOMINIC FAVRE

(sda-ats)

La Suisse a vendu moins d'armes à l'étranger au premier semestre 2017. Totalisant 166,6 millions de francs, les exportations de matériel de guerre ont reculé de 25% par rapport à la même période de l'année dernière (224,1 millions).

Le plus grand importateur reste l'Allemagne, qui a acquis pour quelque 42,2 millions de francs d'armes suisses, selon les chiffres publiés jeudi par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). L'Afrique du Sud arrive en deuxième position avec des achats à hauteur de 25,4 millions. Viennent ensuite le Brésil (20 millions) et les Etats-Unis (14 millions).

Les ventes au Pakistan ont fortement diminué par rapport au premier semestre de 2016, passant de 25 millions à environ 1,6 million de francs. De même, les exportations vers l'Inde s'affichent en baisse, de 30,3 à 7,3 millions. Par ailleurs, la Suisse a exporté pour 2,3 millions de matériel de guerre vers l'Arabie saoudite.

Europe

Hormis l'Allemagne, les plus gros clients en Europe ont été la Norvège (6,5 millions), la France (5,9), la Suède (5,7), le Danemark (4,5) et l'Estonie (4,3).

Réagissant jeudi à la publication du SECO, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) estime que la baisse du volume des exportations est réjouissante. Il souligne cependant que la Suisse a livré pour plus de 5 millions de francs d'armes aux Proche et Moyen-Orient, des régions très instables.

En avril, le GSsA a lancé une initiative visant à interdire le financement des producteurs de matériel de guerre par la place financière helvétique. Cette dernière étant l'une des plus importantes du monde, la Suisse participe à ce commerce, ce qui la rend complice de guerres qui font des millions d'exilés chaque année, estime le groupe.

ATS