Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'activiste basque de l'organisation ETA Nekane Txapartegi a été libérée vendredi par la Suisse.

Quelle: augenauf

(sda-ats)

La Suisse a libéré vendredi soir la militante basque Nekane Txapartegi. Celle-ci était détenue depuis un an et demi à Zurich en vue de son extradition. L'Espagne vient de retirer sa demande d'extradition à cause de la prescription de la peine.

Les avocats de Nekane Txapartegi ont immédiatement demandé de mettre un terme à sa détention. Le jour même de la décision de la plus haute cour d'Espagne, l'Audencia Nacional à Madrid, soit jeudi, ils ont demandé sa libération immédiate à l'Office fédéral de la justice (OFJ), a assuré l'un d'eux, Oliver Peter, confirmant une information de l'organisation de défense des droits humains "augenauf".

Un peu après 20h30, cette dernière a indiqué à l'ats que la militante basque était bel et bien libre. Dans l'après-midi, les autorités zurichoises avaient ordonné sa détention en phase préparatoire - elle n'était donc plus détenue en vue de son extradition. Cette brève décision cantonale pouvait s'expliquer par le fait que le refus de la demande d'asile adressée au printemps 2016 par Mme Txapartegi est aujourd'hui encore pendant.

Peine prescrite

"Il n'y a aucune raison qu'elle ne soit pas libérée aujourd'hui. Elle est détenue arbitrairement depuis un an et demi", martelait Oliver Peter quelques heures plus tôt. Quant à l'OFJ, il avait indiqué dans l'après-midi qu'il avait accédé à la requête de libération immédiate des deux avocats de la militante. Il avait envoyé à Zurich en journée les documents nécessaires à sa libération.

Sur demande des deux avocats de Mme Txapartegi, l'Audiencia Nacional à Madrid avait constaté jeudi que la peine était prescrite, a détaillé Oliver Peter. Les avocats avaient déposé la demande début septembre. La question d'un dédommagement éventuel sera sans doute examinée, a précisé l'homme de loi.

Arrêtée en 1999

Mme Txapartegi avait été arrêtée en Espagne en 1999. Elle affirme avoir été torturée et violée pendant les cinq premiers jours de sa détention. Ses aveux de collaboration avec l'organisation basque ETA, qui lui ont valu une condamnation, auraient été faits sous la torture.

Après son arrestation en 1999, Mme Txapartegi passe neuf mois en détention préventive avant d'être libérée sous caution. En 2007, elle écope d'une peine de six ans et neuf mois de prison. En appel en 2009, la peine est confirmée. En 2017, elle est révisée à trois ans et six mois, à la suite d'un changement de loi.

Avant d'être incarcérée, Mme Txapartegi prend la fuite et s'installe en Suisse sous une fausse identité. Elle est arrêtée à Zurich le 6 avril 2016. Enfin, en mars dernier, l'OFJ a décidé d'extrader la quadragénaire, une décision sur laquelle il est maintenant revenu.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS