Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La pollution atmosphérique a nettement diminué en Suisse au cours des 20 dernières années. Les émissions de soufre ont baissé de 68%, celles des oxydes d'azote de 46%, celles des composés volatiles (COV) de 46% et celles d'ammoniac de 14% par rapport à 1990.

La Suisse a ainsi rempli, voire dépassé les objectifs du Protocole de Göteborg lié à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance, a indiqué lundi l'Office fédéral de l'environnement. Une dizaine d'autres pays, dont l'Espagne, l'Allemagne ou la France, ne peuvent pas en dire autant, d'après l'Agence européenne de l'environnement.

Les objectifs 2010 du Protocole de Göteborg constituent une première étape de réduction des émissions polluantes. Les charges de certains composants, en particulier les oxydes d'azote et l'ammoniac, sont cependant encore trop élevées et provoquent des atteintes à la santé humaine et à l'environnement.

En Suisse, des dépassements de valeurs limites sont régulièrement constatés lors des épisodes de smog hivernal ou estival. Des négociations se tiendront à Genève fin avril, en vue de fixer de nouveaux buts internationaux pour 2020.

ATS