Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse présente la plus forte densité de super-riches dans le monde, avec onze multimillionnaires pour 100'000 habitants. La catégorie réunit les personnes affichant une fortune supérieure à 100 millions de dollars (environ 97 millions de francs).

En nombre absolus, 366 super-riches habitaient en Suisse l'an dernier, selon des chiffres du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG). L'effectif apparaît stable par rapport à 2010.

Globalement, les ménages suisses sont les plus fortunés du monde, avec une fortune moyenne de 603'000 dollars. Ce montant comprend les sommes provenant des caisses de pension. Au deuxième rang figurent les Japonais (329'000 dollars) et les Néerlandais (316'000 dollars).

322'000 millionnaires en Suisse

Le nombre des millionnaires en dollars résidant en Suisse s'est par ailleurs accru de 5000 l'an passé pour s'inscrire à 322'000. Il représente près d'un ménage sur dix, ce qui fait de la Suisse le pays avec le plus fort taux de millionnaires dans le monde occidental.

Ailleurs, Singapour fait mieux avec un coefficient de millionnaires de 17,1%, tout comme le Qatar (14,3%) et le Koweït (11,8%). Au niveau mondial, le nombre des millionnaires a augmenté de 1% l'an dernier pour s'établir à 12,6 millions de personnes, dont 12'212 super-riches.

Les Etats-Unis hébergent le plus gros effectif de ces multimillionnaires avec 2928, devant le Royaume-Uni (1125) et l'Allemagne (807).

La Suisse encore devant

La Suisse, malgré les attaques de la communauté internationale, demeure le premier centre offshore au niveau mondial, avec 2100 milliards de dollars d'avoirs étrangers domiciliés dans ses banques, un montant stable sur un an.

Profitant de la pression sur les centres offshore traditionnels, Hong Kong et Singapour ont pour leur part enregistré une hausse des avoirs étrangers qui ont atteint l'an passé 1000 milliards de dollars.

Selon le Boston Consulting Group, la Suisse va encore demeurer pendant plusieurs années la plus importante place financière offshore au monde. Mais Hong Kong et Singapour pourraient bien la dépasser d'ici 15 à 20 ans.

ATS