Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après l'Union européenne (UE), la Suisse a également décidé d'alléger ses sanctions à l'encontre des dirigeants birmans. Le Département fédéral de l'économie (DFE) a annoncé mardi avoir levé l'interdiction de visa imposée à 87 personnalités birmanes, dont le président Thein Sein.

Ces personnes ont été retirées de la liste du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), mais leurs avoirs demeurent gelés, a précisé à l'ats la porte-parole Marie Avet. D'autres sanctions économiques restent également effectives, comme celles touchant une quarantaine d'entreprises en mains de la junte militaire.

La Suisse s'aligne ainsi à la décision de l'UE explique le communiqué du SECO. L'UE a en effet décidé d'alléger son régime de sanctions en février dernier. Une manière pour l'Europe de saluer les dernières réformes entreprises par le régime.

Embargo sur les armes

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a été élue députée de la chambre basse du Parlement. Le parti de la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 a nettement remporté les élections législatives partielles organisées dimanche en Birmanie. Son élection a été saluée par la communauté internationale.

Le Conseil fédéral avait décidé en 2000 d'appliquer un ensemble de mesures de contrainte à l'encontre de Myanmar en raison des violations des droits de l'homme perpétrées par le régime. Ces sanctions comprennent notamment un embargo sur les armes, des mesures dans le secteur des pierres précieuses et le gel des avoirs de près de quelque 300 personnes.

ATS