Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le taux de chômage s'est accentué selon le BIT, qui considère tous les sans-emplois, et non seulement ceux inscrits aux ORP, comme le Seco (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le taux de chômage en Suisse s'est établi au deuxième trimestre à 4,6%, selon les critères du Bureau international du travail (BIT). C'est 0,2 point de pourcentage de plus qu'il y a un an, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la statistique.

Ce taux est à peu près le double du chiffre officiel publié par le Seco à Berne, qui ne prend en compte que les chômeurs inscrits auprès des ORP.

La Suisse comptait au deuxième trimestre 226'000 personnes au chômage, soit 4,6% de la population active. La hausse est de 13'000 personnes sur douze mois.

L'évolution est inverse dans l'Union européenne (UE), où le taux de chômage des 28 pays membres est passé en moyenne de 7,6% à 6,9% sur douze mois. Et dans la zone euro (19 pays), il est tombé de 9% à 8,2%.

Le taux de chômage selon la définition du BIT est nettement plus élevé que les chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), qui ne prend en compte que les chômeurs inscrits auprès d'un Office régional de placement (ORP). A cette aune, le taux de chômage officiel pour la Suisse en juillet s'établissait à 2,4% (2,6% corrigé des variations saisonnières).

Le chômage calculé par le BIT recouvre une réalité plus large puisqu'il rend compte également du chômage non recensé par les offices de placement. Il permet des comparaisons internationales.

Dans le détail, le taux de chômage de la tranche d'âge des 15 à 24 ans (norme BIT) a baissé de 6,9% à 6,4% sur un an. Mais il a sensiblement augmenté chez les 25 à 49 ans, de 4,2% à 4,9%, et chez les femmes en général (de 4,8% à 5,2%).

Le nombre de chômeurs de longue durée (un an ou plus) au sens du BIT est passé de 83'000 à 93'000 sur un an. Aujourd'hui, les chômeurs de longue durée représentent 41% de l'ensemble des chômeurs, pour une durée médiane du chômage de 270 jours (242 il y a un an).

Le nombre de personnes travaillant à temps partiel se montait à 1,7 million (+46'000 par rapport au 2e trimestre 2017). Parmi celles-ci, 357'000 étaient en sous-emploi, c'est-à-dire qu'elles souhaitaient travailler davantage.

Toujours en Suisse, mais par rapport au 1er trimestre et après correction des variations saisonnières, le taux de chômage au 2e trimestre (BIT) était stable à 4,9%.

Plus de personnes actives

Dans le même temps, le nombre de personnes actives en Suisse s'établissait à 5 millions au 2e trimestre. C'est 0,7% de plus qu'à la même période de 2017, révèle l'enquête sur la population active (ESPA) de l'OFS. L'occupation des hommes (+1%) a augmenté plus fortement que celle des femmes (+0,3%),

En termes d'équivalents plein temps (ETP), la hausse s'est établi à 0,5% sur un an. Par rapport au 1er trimestre 2018, et après correction des variations saisonnières, le nombre d'actifs s'affiche en hausse de 0,3% (0,1 en EPT).

Sur un an, le taux d'occupation de la population étrangère (+0,8%) a augmenté plus sensiblement que celui des Suisses (+0,6%). La hausse chez les étrangers a été particulièrement forte chez les titulaires d'un permis C (autorisation d'établissement). Les titulaires d'une autorisation de séjour (permis B) ont vu en revanche leur occupation reculer de 2,7%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS