Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour son 6e match du Championnat du monde à Moscou, la Suisse a été battue 3-2 tab par la Suède. La Suisse est désormais condamnée à l'exploit face à la République tchèque mardi.

La victoire du Danemark plus tôt dans la journée sur la République tchèque a-t-elle changé quelque chose sous les casques suisses au moment d'entrer sur la glace pour affronter la Suède de Linus Klasen? Ce qui est sûr, c'est que les joueurs de Patrick Fischer ont pris la partie par le bon bout en ne se laissant pas intimider par le Tre Kronor. La ligne Niederreiter-Trachsler-Moser a parfaitement tenu son rôle en acceptant le défi physique posé par la formation dirigée par Pär Marts.

Alors qu'il avait manqué le but ouvert quelques minutes auparavant, Sven Andrighetto s'est parfaitement racheté en ouvrant le score d'un très joli lancer des poignets à la 18e. La Suisse a d'ailleurs terminé la période initiale avec un avantage d'un but totalement mérité. Le deuxième tiers fut relativement haché et marqué par plusieurs pénalités de part et d'autre. C'est justement cette indiscipline qui a coûté l'égalisation à la sélection nationale. Sur une punition à l'encontre de Niederreiter, Johan Sundström a pu battre un excellent Reto Berra. Costaud la veille face à la Russie, le Zurichois a prouvé que le but gag encaissé en ouverture contre le Kazakhstan n'était plus qu'un mauvais souvenir et qu'il était un numéro un indiscutable.

Le numéro 20 n'a malheureusement rien pu faire sur une habile déviation de Nyquist à la 51e pour le 2-2 des Suédois. Quelques minutes avant, c'est Denis Hollenstein qui avait lui aussi dévié avec maestria un envoi de Blum pour donner l'avantage à la Suisse. Ceci dit, les joueurs de Patrick Fischer auraient pu tout perdre à la 56e lorsque Du Bois a écopé de sa troisième punition mineure alord que la Suisse évoluait déjà avec un homme de moins sur la glace. Le box-play helvétique, erratique en début de compétition, est parvenu à relever la tête malgré le 2-2 alloué en désavantage numérique.

En inscrivant au moins un point, la Suisse s'est autorisée à rêver encore d'une participation aux quarts de finale. Il faudra pour cela battre la République tchèque, leader avec 15 points, mardi à 11h15 pour le dernier match du groupe. Le voyage pour les quarts de finale à St-Pétersbourg est à ce prix.

ATS