Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les exportations de marchandises ont augmenté en valeur au cours des sept premiers mois, notamment tirées par le secteur pharmaceutique (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Après une stagnation au premier trimestre de cette année, l'indice conjoncturel CREA pour la Suisse s'est redressé entre le deuxième et le quatrième trimestre. La tendance est également positive en Suisse romande.

Le baromètre pour la Suisse est passé de 99,7 points au deuxième trimestre à 100,5 points au quatrième, indique vendredi l'Institut CREA de macro-économie appliquée de l'Université de Lausanne. Il se stabilise ainsi dans la zone de croissance avec des écarts de production positifs par rapport à l'équilibre, en l'occurrence de +0,5%.

Evoquant un récent sondage de Switzerland Global Enterprise sur les perspectives d'exportation des petites et moyennes entreprises (PME), l'institut estime que l'optimisme s'accentue, d'autant que le franc s'est affaibli. Le baromètre correspondant est remonté notablement et s'approche de la valeur la plus élevée depuis 2011.

Les exportations de marchandises ont notamment augmenté en valeur au cours des sept premiers mois, sous l'impulsion des produits chimiques et pharmaceutiques et ceux de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM). Ces deux secteurs représentent 66% des ventes suisses à l'étranger.

Divers indicateurs industriels du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), montrent toutefois des signes de faiblesse, ce qui pourrait mener à un retournement de tendance à moyen terme, nuance le CREA. A court terme, l'institut s'attend toutefois à une progression des activités économiques.

Suisse romande en croissance

Concernant la Suisse romande, l'indice du CREA a progressé de 0,6 point entre le deuxième et le quatrième trimestre, à 100,3 points. L'institut observe toutefois un certain essoufflement du baromètre, qui se fait dépasser par la valeur suisse.

L'indice est soutenu principalement par celui du canton de Vaud, qui atteint la valeur la plus élevée des cinq cantons francophones considérés (le Jura ne disposant pas de données), avec 100,6 points. L'indicateur valaisan a la même valeur que le romand, mais perd du terrain au quatrième trimestre. Les indicateurs de Fribourg, Genève et Neuchâtel sont inférieurs à la moyenne romande.

Dans le secteur de la construction, les attentes sont mitigées pour le reste de l'année dans l'ensemble de la Suisse romande. Alors que les entrées de commandes ont progressé au deuxième trimestre, les réserves de travail ont diminué en début d'été, de même que les projets de construction pour le troisième trimestre.

Hausse des exportations

Les exportations se sont pour leur part renforcées durant l'année et ont augmenté de 2,3% en valeur sur les sept premiers mois. Elles ont été tirées par les ventes à l'étranger vaudoises, neuchâteloises et genevoises, qui constituent ensemble 77% du total romand.

Quant aux indices industriels du KOF, ils reflètent une tendance contrastée entre le deuxième trimestre et les mois d'été. Les entrées de commandes et la marche des affaires étaient encore positives entre avril et juin, excepté pour le canton de Genève.

Mais au cours des mois d'été, elles se sont brusquement dégradées pour le canton du Valais. La situation s'est en revanche améliorée dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel, ce qui s'est reflété sur leur indice.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS