Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités suisses déconseillent aux voyageurs de se rendre au Mali, selon le site internet du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Jeudi et vendredi, cinq ressortissants étrangers ont été enlevés dans le pays et un sixième, qui tentait de résister, tué.

"Le risque d'enlèvement est très élevé sur l'ensemble du territoire", indique le DFAE, qui précise que le risque d'attentats, de la part d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) notamment, "ne peut pas non plus être exclu".

De son côté, la France a appelé samedi ses ressortissants à quitter le nord du Mali, déconseillant elle aussi le pays aux voyageurs. Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux Français présentés comme des géologues travaillant pour une entreprise malienne avaient été enlevés à leur hôtel d'Hombori, à environ 200 km de Tombouctou (nord).

En janvier 2009, alors qu'ils revenaient d'un festival culturel, un couple suisse avait été enlevé dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger, avec d'autres membres d'un groupe de touristes. L'un des otages, un Britannique, avait été assassiné. La Suissesse avait finalement été libérée en avril 2009 et son mari en juillet de la même année.

ATS