Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les 17 objectifs de l'Agenda 2030 visent à assurer l'avenir de l'humanité sur la terre (archives).

KEYSTONE/AP NASA

(sda-ats)

Dans deux semaines, la Suisse fera le point sur sa mise en oeuvre de l'Agenda 2030 devant l'ONU à New York. La conseillère fédérale Doris Leuthard expliquera à quel stade la Suisse en est dans l'implémentation des 17 objectifs de l'Agenda.

La Suisse et 46 autres pays - dont l'Albanie, le Niger, le Soudan, l'Australie, la Palestine, Bahreïn, la Colombie et l'Irlande - présenteront leur inventaire national au Forum des Nations Unies sur le développement durable (HLPF). La conseillère fédérale Doris Leuthard le fera pour la Suisse le 17 juillet, comme l'a expliqué vendredi l'ambassadeur Michael Gerber aux médias à Berne.

Du lundi jusqu'à l'arrivée de Mme Leuthard, le représentant spécial pour le développement durable dirigera la délégation suisse au Forum à New York. Selon l'ambassadeur suisse, le statut de six des 17 objectifs de développement durable (ODD) sera évalué durant la première semaine de la conférence.

Les mesures viendront plus tard

Ceux-ci incluent la biodiversité (ODD 15) et la base de financement pour atteindre les objectifs (ODD 17). Selon Stephan Scheidegger de l'Office fédéral du développement territorial (ARE), la Suisse a besoin d'agir dans ces deux domaines. La perte de biodiversité progresse et le montant de l'aide au développement stagne.

Le rapport suisse adopté il y a près de trois semaines par le Conseil fédéral mentionnait d'autres objectifs de l'Agenda sur lesquels la Suisse doit agir. Il s'agit de la consommation de ressources de biens importés. L'empreinte de gaz à effet de serre de la Suisse est bien trop importante.

Question de perspective

Cette semaine, la Plateforme de l'Agenda 2030, qui regroupe plus de 40 organisations de la société civile suisse, a critiqué le rapport de 24 pages du Conseil fédéral. Celui-ci se présente sous une forme abrégée voulue par le gouvernement, a expliqué l'ambassadeur Michael Gerber.

Seules quelques lignes sont consacrées à la pauvreté en Suisse, alors que quelque 615'000 personnes sont touchées, parce que le rapport s'adresse à un public international, a-t-il poursuivi. Le but est de disposer d'un outil qui permet de comparer les problèmes de pauvreté entre les différents pays.

L'Agenda 2030 est en vigueur depuis janvier 2016. Il appelle tous les États membres de l'ONU à contribuer à la réalisation des 17 objectifs de développement durable, comme la lutte contre la pauvreté, la faim et le changement climatique. Selon le rapport intermédiaire du Conseil fédéral, les statuts de 85 indicateurs vérifiés en Suisse sont majoritairement positifs ou n'ont pas besoin du moins d'être significativement modifiés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS