Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La Suisse doit faire mieux, selon la Commission européenne

Malgré un résultat mitigé, la Suisse a déjà amélioré son offre de cyberadministration par rapport aux années précédentes (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Suisse peut mieux faire en matière de cyberadministration, selon la Commission européenne. Elle devrait même rattraper un retard important en la matière.

La disponibilité des services de base est déterminante pour une numérisation réussie de l'administration, affirme la Commission européenne dans un rapport comparatif sur la cyberadministration publié jeudi. Et la Suisse ne semble pas être à la hauteur.

Malte, l'Estonie, l'Autriche, la Lettonie et le Danemark ont obtenu les meilleurs résultats de l'évaluation globale. Cette année, 28 États membres de l'Union européenne et 6 autres pays, dont la Suisse, ont pris part à l'étude.

Pour évaluer l'avancement de la numérisation de l'administration, la Commission européenne examine sur une période de deux ans différents aspects de l'environnement privé et commercial.

Offre améliorée

Malgré un résultat mitigé, la Suisse a déjà amélioré son offre de cyberadministration par rapport aux années précédentes. Les autorités suisses ont enregistré leur plus forte progression au niveau de la disponibilité transfrontalière pour les entreprises (2014/2015: 56 %; 2016/2017: 70 %).

Par contre, la Suisse accuse un retard important dans le domaine des services de base. Cela s'explique par le fait que la "poste numérique" publique n'est pas encore bien établie, c'est-à-dire l'envoi électronique d'informations et de documents entre l'État et la population ou les entreprises.

Une identité électronique reconnue par l'État n'est pas non plus encore disponible. Très peu d'autorités fournissent des formulaires déjà complétés avec certaines données existantes.

Mais la Suisse n'est pas inactive en la matière. La Confédération, les cantons et les communes ont mis en place des services de base importants, comme la plateforme d'échange sécurisé de données (sedex).

L'actuelle stratégie de cyberadministration permet de créer le cadre juridique pour développer une identité électronique reconnue par l'État. Le développement d'autres services de base va se poursuivre, élaboré dans la stratégie de cyberadministration 2020-2023.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.