Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ambassadeur suisse à l'OMC Didier Chambovey a fait part de la préoccupation suisse face aux conséquences de possibles taxes américaines pour le commerce mondial et le système multilatéral (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

La Suisse et 17 autres Etats sont "préoccupés" à l'OMC par de possibles taxes américaines à l'importation de certains matériaux. Mercredi à Genève, l'ambassadeur suisse a enjoint aux Etats-Unis de s'efforcer à se conformer aux règles de l'institution.

Lundi, une dizaine d'Etats, dont certains acteurs importants, s'étaient déjà inquiétés à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de l'annonce américaine. La Suisse ne s'était pas exprimée sur cette question.

Mercredi, la préoccupation a été relayée plus largement et la plupart des 18 Etats inquiets ont ciblé "une utilisation élastique des exceptions pour des raisons de sécurité nationale", selon une source proche des négociations commerciales à Genève. Beaucoup ont appelé les Etats-Unis à reconsidérer les taxes annoncées.

L'ambassadeur suisse auprès de l'organisation Didier Chambovey a fait part de la préoccupation suisse sur ces possibles restrictions commerciales. Et sur les conséquences "pour le commerce international et le système de l'OMC".

Etats-Unis visés par Pékin

Comme d'autres pays, la Suisse "enjoint" aux Etats-Unis de garantir des mesures "conformes aux règles de l'OMC" pour éviter que les tensions actuelles ne contribuent à une "crise" plus importante. De son côté, la Chine a dénoncé une industrie américaine déjà "surprotégée" dans les secteurs prévus par les taxes annoncées par Donald Trump pour lesquelles les Etats-Unis ont pris plus de 200 mesures depuis un an.

L'UE a appelé le gouvernement américain à la "retenue" et a menacé de plainte devant le tribunal de l'organisation. Selon elle, les règles de l'OMC prévoient suffisamment de mécanismes de protection.

Outre la situation américaine, deux cas sont en cours au sein de l'organisation sur des différends liés à la justification de mesures protectionnistes par un Etat pour des raisons de sécurité nationale. "Il n'y a pas de définition claire de guerre commerciale", a estimé le porte-parole de l'OMC Keith Rockwell.

Seules la crise asiatique et la crise financière mondiale d'il y a dix ans ont provoqué des risques systémiques pour les négociations multilatérales, selon lui. Le directeur général Roberto Azevedo a alerté à plusieurs reprises sur les menaces de détérioration de la situation pour le commerce mondial, a-t-il encore ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS