Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de la Conférence des évêques suisses (CES) Markus Büchel exige que la Suisse s'engage davantage dans les régions en crise. Il faut se mobiliser afin que les personnes sur place soient mieux protégées et n'aient plus besoin de fuir.

"Nous sommes si riches que nous pourrions en faire davantage", déclare Mgr Büchel dans la Schweiz am Sonntag suite à un voyage au Liban. Entendre, lors des débats aux Chambres fédérales, que l'aide humanitaire doit être réduite lui fait mal. Car "nous sommes coresponsables, avec notre richesse, de la misère au Proche-Orient et en Afrique ", estime le prélat.

Au lieu de penser uniquement à son propre profit, il s'agit désormais d'imposer des standards dignes sur le plan humain, politique et économique. "Beaucoup oublient que les réfugiés qui viennent en Suisse perdent leur maison et leur pays. La grande majorité ne vient pas volontairement".

C'est pourquoi il est important de traiter le problème à la racine, au lieu "de placer au centre du débat les éventuels réfugiés économiques et les personnes dangereuses".

L'évêque Markus Büchel vient de passer cinq jours au Liban en compagnie de Gottfried Locher, président de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse. Ils ont visité les représentants de communautés chrétiennes et autres ainsi que des projets d'oeuvres d'entraide suisses pour réfugiés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS