Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De nombreux Etats dont la Suisse demandent à Pyongyang d'abandonner son armement nucléaire et d'avancer lors du sommet entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (archives).

KEYSTONE/AP/LEE JIN-MAN

(sda-ats)

Plus de 60 pays, dont la Suisse, appellent la Corée du Nord à "prendre des mesures concrètes" pour sa dénucléarisation, dans une déclaration conjointe depuis Genève. Ils souhaitent des avancées lors du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un.

La France et la Corée du Sud ont lancé jeudi cette déclaration dans le cadre de la réunion préparatoire de la conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) prévue en 2020. Elles ont été suivies par des dizaines d'autres Etats.

"C'est probablement la première déclaration multilatérale sur la Corée du Nord depuis les récents développements", a estimé vendredi de son côté devant la presse l'ambassadeur polonais qui présidait la réunion de deux semaines. Les Etats prennent acte de l'annonce nord-coréenne de la suspension de ses essais nucléaires et de la fermeture du site pour ses tests. Mais aussi des tirs de missiles balistiques.

Les pays considèrent toutefois que cette mesure ne constitue qu'"une première étape" vers une dénucléarisation. Ils saluent aussi le récent sommet intercoréen.

Appel lié à Téhéran

Ils appellent Pyongyang "à se conformer à nouveau au TNP", dont la Corée du Nord s'est retirée, et aux garanties de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) "sans délai". Ils lui demandent également de renoncer à ses armes nucléaires et ses missiles balistiques.

Dans une autre déclaration, la Russie et la Chine relèvent elles l'urgence pour tous les acteurs de l'accord sur le nucléaire iranien d'appliquer "rigoureusement" et "entièrement" cet arrangement. Elles appellent tous les Etats parties au TNP à soutenir ce Plan global d'action conjoint sur l'Iran adopté il y a environ trois ans.

Les Etats-Unis souhaitent un accord additionnel et ont déjà obtenu l'approbation de la France pour ces discussions avec les autres acteurs (Grande-Bretagne, Russie, Allemagne, Chine). Ils ciblent les risques de production de matières fissiles.

Et ils dénoncent la levée des restrictions du programme iranien d'enrichissement d'uranium après 2025. Washington veut aussi s'assurer que Téhéran ne puisse développer des capacités balistiques de longue portée.

Plus largement, le président de la réunion à Genève a estimé que le TNP "ne sera pas remplacé par un autre instrument" pour le désarmement nucléaire et la non-prolifération dans un avenir proche. Un Traité d'interdiction de cet armement a été adopté l'année dernière mais les puissances nucléaires le rejettent et insistent sur le TNP comme dispositif central. La Suisse doit décider probablement d'ici août si elle rejoint ce nouvel arrangement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS