Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le couple avait été arrêté le 8 octobre à Chiasso. Ils sont soupçonnés par les autorités tunisiennes d'appartenance à une organisation terroriste (image d'illustration).

KEYSTONE/CARLO REGUZZI

(sda-ats)

La Suisse a remis aux autorités tunisiennes le couple arrêté le 8 octobre au centre d'enregistrement de Chiasso (TI) pour menace à la sécurité intérieure de la Confédération. L'homme est le frère de l'auteur présumé de l'attentat de Marseille.

Anouar Hannachi faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités de Tunis. Il est désormais en prison sous l'accusation d'appartenance à une organisation terroriste, a indiqué un porte-parole du pôle judiciaire antiterroriste de Tunis, Sofiène Sliti, cité jeudi par l'agence italienne Ansa.

L'Office fédéral de la police (fedpol) a confirmé à l'ats que le couple avait été expulsé mercredi vers la Tunisie. Cette mesure a été rendue possible par l'efficacité des autorités tessinoises, a précisé sa porte-parole Cathy Maret.

Tunis accuse en particulier le couple d'avoir entretenu des rapports étroits avec Ahmed Hannachi, l'auteur de l'attentat qui a coûté la vie à deux femmes le 1er octobre à Marseille et de vouloir partir en Syrie pour rejoindre un groupe djihadiste.

Fedpol avait annoncé le 10 octobre que les deux suspects seraient expulsés. Cette mesure de police administrative avait été décidée sur la base de la loi sur les étrangers. Selon l'article 68 de cette loi, l'office peut, "après avoir consulté le Service de renseignement de la Confédération, expulser un étranger pour maintenir la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse".

Un autre membre de la fratrie, Anis, avait récemment été arrêté à Ferrare, dans le nord de l'Italie, selon l'agence Reuters. Ancien combattant du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, il serait à l'origine de la radicalisation de son frère Ahmed.

Anouar et Anis avaient été visés dès 2014 par une enquête en Tunisie pour complicité de terrorisme, avait précisé Sofiène Sliti peu après l'arrestation des deux hommes. Anis était en fuite, Anouar avait été laissé libre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS