Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'OCDE fête ses 50 ans. Le secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) et l'Université de Fribourg ont marqué l'évènement en organisant un colloque jeudi à Fribourg. Plus de 150 personnes, majoritairement issues de l'université et de l'administration fédérale, ont fait le point.

La Suisse prend les bonnes décisions dans la crise actuelle, a dit le secrétaire général adjoint de l'OCDE Pier Carlo Padoan en faisant en particulier référence au projet "too big to fail" mis sous toit la semaine dernière par les Chambres fédérales. Elle va pouvoir serrer la vis aux grandes banques pour éviter que certains établissements n'entraînent toute l'économie dans leur chute, s'ils devaient faire faillite.

Mais la Suisse peut mieux faire, a-t-il dit. La secrétaire d'Etat et patronne du Seco Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch lui a rendu la politesse après avoir vanté tout le bénéfice que la Suisse a pu tirer d'oeuvrer au sein de l'OCDE.

Selon elle, l'OCDE devra relever le défi consistant à inclure les nouveaux acteurs de la vie économique internationale afin de passer d'une organisation des nations les plus développées à un véritable réseau mondial.

M.Padoan ne s'est pas montré optimiste sur la crise actuelle, "importante, sérieuse, compliquée, car ayant plusieurs dimensions". Crise tout à la fois de la dette, bancaire et de croisssance", dont le centre s'est déplacée clairement vers l'Europe. Selon lui, il est possible de s'en sortir avec des solutions coordonnées à plusieurs niveaux et une philosophie commune.

ATS