Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Un succès contre l'Estonie lundi à Thoune et le barrage est dans la poche ! La Suisse M21 a arraché le nul 0-0 contre l'Espagne à Sion, lors de son avant-dernier match qualificatif de l'Euro 2013.
Pierluigi Tami avait basé son discours d'avant-match sur trois axes: une défense compacte, le courage de jouer et le nécessaire concours de la chance. A l'image de l'issue de la rencontre, le bilan que peut dresser le Tessinois est mitigé. "Nous avons joué de façon très intelligente, relève-t-il. Il était important que l'équipe voit qu'en restant disciplinée, elle pouvait faire un résultat face à un adversaire contre lequel nous restions sur une défaite en finale de l'Euro 2011 et une autre très nette à l'aller (ndlr: 3-0)."
Les Helvètes ont effectivement érigé un bloc défensif, renforcé encore par les présences dans les couloirs du milieu de terrain par Kasami (plus habitué à évoluer en no 8) et Moubandje, latéral gauche de métier. Une densité qui n'a toutefois pas suffi à totalement museler des Espagnols aussi doués techniquement que prévu et qui ont bénéficié de plusieurs occasions de but très franches.
C'est en cela que la Suisse a eu de la chance. Maladresse des Ibères d'un côté et montants bienveillants de l'autre (Rodrigo a vu son lob toucher le poteau, son missile heurter la transversale et sa tête finir sur l'angle des buts de Bürki !). En revanche, elle est en droit de se dire que, dans d'autres circonstances, peut-être face à un autre adversaire, elle aurait aussi pu obtenir un penalty pour un contact léger entre le portier De Gea et Kasami (25e) ou même profiter d'une supériorité numérique (scène litigieuse entre Bartra et Toko, lequel partait seul au but à la 32e).
Concernant le devoir de prendre ses responsabilités dans le jeu, difficile également de porter un jugement. Sans doute les Suisses - en premier lieu Kasami - étaient animé de ce courage de jouer invoqué par leur entraîneur. Mais difficile de le traduire dans les faits quand on demeure trop souvent dépourvu d'un ballon confisqué par la Rojita.
Tami estimait qu'il fallait quatre points pour être du barrage. Avec ce nul contre l'Espagne, le plus dur semble fait. Sauf que l'Estonie avait accroché les Suisses 1-1 lors de la première rencontre de la campagne...

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS