Toute l'actu en bref

L'équipe de Suisse s'est imposée 5-4 aux tirs au but contre la Slovénie pour son entrée au Championnat du monde à Paris. Certes, le succès est là, mais elle a perdu un point après avoir mené 4-0!

Les Helvètes ont gagné après un premier tiers-temps abouti, mais le reste a confiné au désastre avec le gâchis d'une avance de 4 (!) buts.

La Suisse en a ainsi terminé avec cette série de défaites concédées contre le néo-promu en ouverture de Mondial. Après les échecs face à l'Autriche et le Kazakhstan, la sélection helvétique a cette fois affiché ses ambitions d'entrée à l'image de cette charge de Tanner Richard qui a envoyé un Slovène par-dessus la balustrade à son premier shift ! Malheureusement, toutes ses bonnes intentions n'ont duré que 20 minutes.

Le ton était donné. La sélection de Patrick Fischer ne voulait pas se laisser dicter le cours du jeu. Un coup de foudre est d'ailleurs tombé sur tête du néo-promu en 12'' à la 10e minute. Le temps qu'Andres Ambühl (en supériorité numérique) et Gaëtan Haas ne transpercent le portier Kroselj. Un doublé que les Suisses répéteront en 48'' cette fois à la 17e minute par Loeffel et Bodenmann. Le travail a été fait et bien fait. La preuve, jamais la Suisse n'avait remporté un premier tiers-temps depuis sa remontée dans le groupe A en 1998.

La suite n'a hélas pas été de la même veine. Les Suisses n'ont plus affiché la même domination physique. Les véritables actions de but furent plus rares et pire ils ont commencé à accumuler les pénalités. Les sept dernières minutes ont tourné au cauchemar. Les deux Genevois Loeffel et Almond se sont retrouvés sur le banc en même temps. Les Slovènes n'en demandaient pas temps. Urbas a marqué le 4-3 à 5 contre 3 (55e). 81 seondes plus tard, Sabolic crucifiait Hiller en supériorité numérique encore.

Ainsi, pour la première fois depuis son Mondial argenté à Stockholm, la Suisse a entamé la compétition par un succès mais quelle déception. De Hiller juste suffisant à Brunner complètement nonchalant, les motifs d'inquiétude sont nombreux. Et ce point perdu pourrait compter cher dans la lutte qui oppose les Suisses à la France, la Biélorussie et la Norvège.

La sélection helvétique passera un test plus significatif dimanche (20.15) contre cette Norvège. Elle aura peu de temps pour corriger entre autres son jeu en supériorité numérique, qui, à l'exception du but d'Ambühl, est resté bien inoffensif. Et réapprendre les fondamentaux de son jeu défensif.

ATS

 Toute l'actu en bref